Partagez | 
 

 S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sara-Holly J. Ashford
Artiste
Artiste

avatar

× Rang : Propriété d'Akira Black-Jack ♥ Ange attirée par le côté obscur. ~
× Pseudo : MISS AMAZING. | Kao'
× Messages : 39
× Age : 20
× Date de naissance : 23/01/1997
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Sara-Holly Juliet ASHFORD
× Âge : 17 ans
× Talents : Le dessin sous toutes ses formes
× Avatar : Anjou Naruko ▬ Ano hi mita hana no namae o bokutachi wa mada shiranai
× Crédits : MISS AMAZING. (moi. ♥)
× Couleur : PaleVioletRed
× Doubles comptes : "Queen" Anabeth S. Emily, si j'te jure

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Jeu 14 Fév - 14:43

Sara & Akira
« Distance never separates two hearts that really care, for our memories span the miles and in seconds we are there. But whenever I start feeling sad, because I miss you, I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss.  »  

On ne choisit pas sa famille.
Cette réalité m'a sauté aux yeux à l'instant même où mon père en personne avait débarqué, peu de temps après l'incendie du pensionnat. Avec sa voiture noire, et triste, cette prestance qu'il avait acquise sous prétexte qu'il était devenu quelqu'un d'important. C'était pathétique de sa part et pourtant, il s'est ramené comme une fleur devant moi, et m'a fait d'un ton sans appel « Sara-Holly, on rentre à la maison. » Tu parles que je l'ai envoyé bouler, mais était-ce seulement suffisant ? Papa n'a jamais aimé Akira de toute manière, alors m'enlever sous ses yeux a été un vrai délice, je l'ai vu dans son regard. C'était comme si on revivait cette déchirure d'il y a 13 ans, mais avec les rôles inversés. Traînée par la force de mon père accompagné de ses garde du corps, j'avais été forcée de capituler, laissant Kira derrière moi. J'aurais voulu qu'il fasse quelque chose, qu'il dise à mon père que je ne lui appartenais plus, quelque chose dans le genre... mais je lui avait aussi demandé de ne pas intervenir. C'était contradictoire, mais c'était ce qu'il s'était passé. Vous croyiez que la vie est facile ?


Sara regarda à travers le hublot. Les décors du Japon s'étaient montrés depuis déjà une heure, et il lui tardait que le jet privé n'atterrisse. Sur ses genoux trônait sa nouvelle pochette à dessins, qui servait d'appui à sa nouvelle œuvre et qui contenait tous les gribouillages qu'elle avait pu faire pendant ces deux longs et ennuyeux mois. La rouquine ferma les yeux et se remémora cette fameuse journée où son paternel était venu la récupérer, sans prétexte foireux, sans excuse valable. Pourquoi fallait-il toujours que les adultes viennent piétiner ses plates bandes chaque fois qu'elle commençait à se sentir bien ? Que ce soit il y a deux mois ou il y a treize ans, ça revenait au même : il y avait toujours un vieux pour lui pourrir la vie, pour lui retirer la seule raison valable pour qu'elle garde le sourire toute une journée. Deux fois, c'était arrivé... et le dicton ne disait-il pas « jamais deux sans trois » ? Elle soupira et s'appuya contre le dossier du siège. Deux mois plus tôt, elle se trouvait à la même place, dans le même avion... à la seule différence que son père y était aussi. Il l'avait sermonnée, comme chaque fois qu'ils se parlaient d'ailleurs. Et pour pas changer, elle avait joué les adolescentes insolentes, indifférente aux dires de son paternel. Jusqu'au moment où il avait décidé de mettre le sujet de ses fréquentations sur le tapis. Depuis le temps qu'il les avait vus ensemble, il savait parfaitement qui Akira était, et ses airs de garçon rebelle/un peu marginal ne lui plaisait pas des masses. Bien sûr, Mr. Ashford préférerait que sa fille fréquente ces garçons propres sur eux et riches, ça satisfaisait toujours mieux l'image de la compagnie. « Je ne veux plus que tu fréquentes ce garçon, Sara-Holly. » Ces paroles demeuraient encore dans sa tête, comme si le spectre de son père venait de les prononcer. « Tu peux toujours rêver, Papa. S'il y a bien une chose que tu ne contrôleras jamais chez moi, c'est bien mes fréquentations. » Voilà ce qu'elle avait répondu.

Pourtant, ça n'avait pas empêché son père de l'engueuler, et encore moins de la renvoyer en Angleterre. Ce pays pourri où il ne faisait jamais chaud, même en été. Une plaie pour Sara qui préférait les tenues légères aux tenues encombrantes. Et puis pourquoi l'avait-il ramenée, déjà ? Ah oui, pour lui présenter quelqu'un. Ce quelqu'un qu'elle avait rencontré, et tout de suite détesté. Le papier se froissa sous la pression de ses doigts, et elle rejeta la tête en arrière en fermant les yeux. « Arrête Sara, ça sert à rien de penser à ça... » Elle soupira et attendit que le jet privé se pose sur le sol japonais, où elle pourrait enfin retrouver le seul lieu qu'elle considérait comme une maison en cet instant. « Miss Ashford ? Nous sommes arrivés. » Sara rouvrit les yeux. Le temps était passé drôlement vite, tout de même. À croire qu'elle n'était pas restée longtemps endormie. La jeune fille rassembla ses feuilles éparpillées dans la cabine et sortit sur la passerelle, bien décidée à quitter l'aéroport privé prêté par une des connaissances de la famille Ashford dans cette ville. Pour la punir de son insolence, Mr. Ashford avait décidé qu'elle devrait porter ses bagages toute seule. « Tu parles d'une punition... » Il croyait quoi ? Que sa capricieuse petite fille ne savait rien faire de ses dix doigts ? Elle traîna sa valise rose derrière elle, pochette sous la main, et entra dans la voiture qui l'emmènerait enfin au pensionnat. Depuis le temps qu'elle attendait de retrouver sa chambre ! Elle ne s'endormit pas cette fois, et préféra regarder le paysage qui défilait sous ses yeux, à travers la fenêtre de la voiture, griffonnant distraitement sur la nouvelle feuille qu'elle avait sorti. Elle plaça un nouveau morceau de paysage à chaque fois, et le tout formerait un paysage déstructuré... un peu comme ses pensées, il fallait l''avouer.

Arrivée devant le Prodiges Pensionnat, elle regarda le bâtiment qui s'élevait devant elle. Elle l'avait laissé plein de cendres, et il s'élevait désormais aussi majestueux qu'avant. Si Sara avait été émotive, elle aurait pleuré. Mais elle avait d'autres choses à faire avant, alors elle se contenta d'inspirer un bon coup et de s'avancer vers le grand portail, son énorme valise à roulettes traînant derrière elle. À peine eut-elle franchi le portail qu'elle soupira de bonheur. C'était comme si elle venait de faire le pas vers un nouveau monde, loin de la pression de ses parents, loin de tout le calvaire qu'ils entrainaient chaque fois qu'ils croisaient son chemin. Nous étions en début d'après midi à Prodiges Pensionnat, et la fin de l'été se faisait sentir. Mais il faisait bien plus chaud qu'en Angleterre, et cela suffisait largement à Sara qui, vêtue d'un débardeur sous son blazer, ne ressentait aucune trace de froid en avançant dans l'allée fleurie. Ses longues jambes étaient dénudées par son short en jeans, et ses pieds couverts par de simples ballerines. Pour elle, c'était une tenue d'été. Elle avait porté le même style pendant une semaine au Royaume-Uni et était tombée malade. Elle aurait voulu qu'Akira vienne la chercher, mais on lui avait confisqué son portable parce qu'elle s'était montrée odieuse avec les invités de ses parents. Elle se rendit à l'entrée pour demander ses nouvelles clés et monta élégamment les escaliers, sa lourde valise dans les bras. « Quand on n'a pas son chevalier servant avec soi, il faut savoir se débrouiller seule... » pensa-t-elle en esquissant un léger sourire. Elle était venue une semaine trop tôt; les gens étaient encore chez eux, auprès de leurs familles. La rentrée scolaire ne se faisait que dans dix jours, et elle connaissait l'habitude des pensionnaires de ne revenir qu'au bout de trois jours. Elle tourna la clé et poussa la porte, pour retrouver la même chambre qu'elle avait laissée, à peu de choses près.

Sara ne s'attarda pas sur les souvenirs et s'empressa de s'installer. Ses piles de vêtements s'entassèrent bientôt dans la moitié de l'armoire prévue pour deux et ses pochettes de dessin couvrirent la table de travail que jamais Sara ni Akira n'utiliseraient. Les cadres photos furent posés partout dans la chambre et les dessins tapissèrent les murs, comme au bon vieux temps. La chambre ressemblerait à quelque chose lorsqu'elle aurait accroché tout ce qu'elle désirait, et sa valise se vida en un clin d'œil. D'un coup de pied, elle l'envoya sous le lit pour découvrir un papier de la part de son paternel. « Nous ne rendrons ton téléphone dans trois jours. Bises, papa. » La rouquine observa le bout de papier et le jeta négligemment dans la poubelle. Soit, qu'il fasse ce qu'il veuille, car de toute manière elle n'avait rien à lui cacher. Au pire, il verrait à quel point Akira tenait à elle et ça lui mettrait encore plus les boules. En espérant que le blondinet l'ait bombardée de messages pendant ces deux mois sans prendre contact, évidemment. Elle regarda cette photo d'eux, prise quelques temps avant l'incendie. Pendant ces deux longs mois, il lui avait terriblement manqué. Et aujourd'hui encore, son absence se faisait sentir. Combien de fois avait-elle espéré qu'il pousse la porte de la maison Ashford pour l'enlever ? Elle en avait même rêvé. « C'est désolant de ta part ma pauvre... » soupira-t-elle en reposant le cadre. Elle attrapa la même pochette qui l'avait suivie toute les vacances et sortit de la pièce. Il était temps de se changer les idées, penser à autre chose.

Elle connaissait les lieux par cœur. Tellement qu'elle aurait pu visiter le pensionnat les yeux fermés. Ses pas la guidèrent vers l'extérieur. Le même extérieur dont elle avait dû se priver si longtemps à cause du temps déprimant du Royaume-Uni. Elle détestait son pays d'origine, et à cette haine s'ajoutait maintenant ses parents. À commencer par son père qui l'avait... qui l'avait promise, tout simplement; sans lui demander son avis. Qui voulait qu'elle se détache de ce que lui avait apporté ce pensionnat. L'Art était sa raison de vivre, de même qu'Akira. Jamais il ne lui retirerait aucun des deux, et elle comptait bien se battre pour ça, quitte à couper les ponts. Bon, elle n'était pas encore arrivée là mais passerait sans problèmes s'il lui posait ce dilemme. D'une démarche gaie, elle se laissa tomber sur l'herbe moelleuse du parc et s'allongea en laissant tomber ses dessins à côté d'elle. Fermant les yeux, elle vida complètement son esprit, décidant d'arrêter de penser à son paternel et de se focaliser de la joie qu'elle éprouvait grâce à son retour au pensionnat. Elle en ferait le tour plus tard, avec Akira... ce genre d'escapades étant bien plus amusantes à deux. Dieu ce qu'il pouvait lui manquer, et elle commençait déjà à s'ennuyer !
fiche par century sex.

_________________

: Kira + Sara ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Akira Black'Jack
Sportif
Sportif

avatar

× Pseudo : Kuru'
× Messages : 49
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Akira Black'Jack
× Âge : 17 ans
× Talents : Spécialisé dans les sports de combat
× Club : A voir
× Avatar : Naruto Uzumaki
× Crédits : Kuru'
× Couleur : Peru
× Doubles comptes : Kurusu Black'Shouu / Edouard Nightray

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Ven 15 Fév - 0:45


❧ Sara & Akira

La vie n'est qu'une partie de plaisir.
C'est ce que j'ai toujours pensé et je crois bien que cela restera ma devise encore un bon paquet de temps. Pourtant, dans ce jeu à plein temps, il y a des désagréments. Trop. Pas forcement ceux qu'on attends, difficilement ceux qui nous rendent content. Parfois on peut y changer quelque chose et parfois on reste là, à regarder le destin nous retirer ce qu'il y a de plus important. C'est exactement ce qu'il s'est passé lorsque la prestigieuse pension que je fréquentais est partie en fumée, ne laissant derrière elle que des cendres et une séparation avec la personne la plus chère. Pour quelque temps du moins.

C'était durant l'été de l'année 3000.
Un an. C'est le temps que j'avais passé dans l'établissement reconnu pour ses nombreux prodiges, dont je faisais tout naturellement parti. Tout cela en compagnie de ma rouquine préférée. Avec qui j'ai partagé ma chambre et mes nuits blanches, à faire des batailles d'oreillers ou autres conneries dans le genre, accessoirement. Une gamine que j'avais rencontré étant moi-même gamin. Une adolescente capricieuse avec qui j'avais passé mes années de collèges à faire de la vie des professeurs un véritable cauchemar. Année à partir desquelles je l'ai vu grandir en même temps que moi, possédant le même âge. Une évolution à deux. Inséparables. Un véritable duo.
Lorsque l'incendie eût lieu, chacun devait retourner chez sois. Reprendre sa vie en attendant que la pension puisse ré-ouvrir. Dans ma tête tout avait été prévu. Le plan parfait. Des vacances de rêves tout en restant dans la simplicité. En dehors du pensionnat je possède un appartement, que j'ai acheté lorsque j'ai décidé de partir du cocon familial que j'avais toujours recherché en quelque sorte. Lorsque j'ai décidé de couper les ponts avec mes parents. Enfin couper les ponts est peut-être un grand mot. Disons que moins j'ai des nouvelles d'eux, mieux je me porte. De leur côté, je ne suis pas sur qu'il s'intéresse réellement à ce que je deviens. Ils se contentent de me verser la même somme chaque semaines, comme pour me payer le pardon. Pathétique. Je ne comprendrais jamais les adultes. Parfois je pourrais même dire que je resterais bien un ado toute ma vie, tel que Peter Pan l'a toujours fait. Après tout, c'est l'une des meilleures périodes. Période que je passe avec ma princesse capricieuse.
Oui la vie à mon âge, c'est qu'une partie de plaisir.
On ne tient pas à la changer, on fait ce qu'on veut, on reste avec qui on veut. Pourtant on se retrouve tout de même avec des obligations. Cette réalité me frappa rapidement. Car bien qu'en ce qui me concerne, ma famille me laissent tranquille et que je n'ai rien à leur rendre, ce n'est pas le cas de ma Sara.

Pour moi, tout été vu. Sara aurait passé les deux mois de vacances dans mon appartement. Rien que tous les deux. Pour refaire nos conneries. Encore et toujours. Bien que cela aurait été une véritable tentation pour ma personne. Plus je grandissais et plus je ressentais le besoin d'être en réel contact avec l'artiste. Si bien que de plus en plus souvent je me permettais d'entretenir des situations assez embarrassantes pour elle, et ce dans tous lieux. Public ou non. Au plus grand désespoir de cette dernière. Enfin du moins au début. Car à présent cela paraissait presque comme une évidence. Pas rare n'était les fois où nos mains se retrouvèrent et qu'elle me sautait dessus, littéralement. Rien quand pensant à ça, je pourrais avoir un sourire niais collé au visage, mais ce n'est tout simplement pas mon genre ; la fierté c'est vitale pour un vantard aussi grand que moi. Les vacances promettaient d'être belles, amusantes et surtout qu'elles n'allaient pas être ennuyantes ! Après tout, c'est du célèbre duo Sara et Akira que nous parlons.

Un fiasco. Total. C'est exactement les mots qui définiraient le résultat tant attendu de ces deux mois d'été.
Une voiture noire, venant assurément d'un riche, avait complètement kidnappé ma partenaire, sans que je ne puisse rien y faire. Le coupable ? Son père. Je n'ai jamais vraiment apprécié sa famille.. Enfin savoir si je les aime ou non, n'est pas le problème, je me fiche complètement d'eux. Ce qui me fais chier, c'est qu'ils se permettent de me prendre Sara quand bon leurs semblent.
Je ne suis pas quelqu'un de respectueux lorsqu'on me cherche et c'est définitivement ce que faisait Mr. Ashford. Me narguant littéralement lorsqu'il embarqua sa fille contre son gré. Je n'ai jamais eu peur d'eux et ça ne commencera pas aujourd'hui. À ce moment-là, j'étais près à empêcher le départ de ma rousse. Quitte à me mettre son père à dos de façon irrévocable m'importe peu, de toute manière c'est déjà le cas. Mais si finalement, elle était retournée à son pays natale et que nos vacances soient tombées à l'eau, c'est pour la simple et bonne raison que Sara m'avait demandé de me contrôler et de ne pas intervenir. Je l'ai fais, ne voulant pas lui créer d'histoires, mais au prochain coup comme ça, la donne sera complètement différente. Les rôles seront inversés.
Plus question de la laisser s'échapper.

J'ai été d'une humeur massacrante durant les deux meilleurs mois de l'année. Parce qu'elle me manquait. Parce que je me faisais chier. Les personnes avec qui je sortais le remarquaient toujours bien vite, mais pas question de déballer ma vie à cette bande de curieux. Sortir, faire la fête, dormir, c'est deux mois se résumaient à ça. Fêtard comme je suis. Sans oublier le sport. Que je pratiquais au minimum deux heures à l'aurore. Le combat était un bon moyen de se défouler, en plus d'entretenir mon corps. Plus qu'une passion, il s'agissait d'un échappatoire.

En ce moment même j'étais en route pour rejoindre l'académie qui venait d'être reconstruite. Arrivant là-bas plus tôt que tout autres élèves je m'attendais à me sentir seul. Au pire des cas, je pourrais toujours aller faire chier les professeurs qui préparaient surement leurs rentrées. Néanmoins si je me rendais aussi rapidement à la pension, ce n'est pas que j'apprécie réellement travailler, mais c'est surtout que je tiens à revoir ma rouquine au plus vite. Et mieux vaut être là plus tôt que trop tard.
Vêtu d'un jean bleu, accompagné d'une chemise blanche entre-ouverte et de bien nombre de bracelets, mes fils dorés toujours en bataille et ma peau mate du au soleil de cet été, je poussa la porte de ma chambre. Chambre que j'allais, cette année encore, partager avec ma princesse capricieuse. Les nuits promettaient d'être agitées une fois encore ! Quand j'ouvris la pièce, je remarqua tout de suite l'aménagement et n'étant pas long à la détente, je réalisa bien vite une chose très importante ; Sara était déjà là. Ranger mes affaires tout de suite n'était plus une priorité. J'avais quelqu'un à aller retrouver et une vengeance à effectuer. Deux mois sans nouvelles... Sérieux ça ne se rattrape pas facilement.
Je laissa ma valise où elle était, referma la porte de la chambre rapidement, et me mis à la recherche de l'artiste. Je connaissais l'endroit sur le bout des doigts et les goûts de la belle aussi, il ne fut pas bien difficile de trouver le trésor convoité.

Elle était là.
Allongée dans l'herbe fraîche, face au soleil. yeux fermés, totalement détendue. J'eus un sourire à sa vue. Je savais qu'elle me manquait, mais c'est en la voyant là et en regardant ma joie de la retrouver que je me rendais compte à quel point elle pouvait laisser un vide. Elle ne me remarqua pas tout de suite. Sinon je sais qu'elle m'aurait déjà sauter dans les bras. Alors autant commencer les retrouvailles à ma manière. Discrètement je me rapprocha, et rapidement je me mis au dessus d'elle. Un de mes genoux entre ses deux cuisses, ma main droite à côté de son épaule et la gauche au niveau de son oreille. Avant qu'elle ne réagissent je viens près de son visage, très près. Je pouvais sentir sa respiration, elle de même. Quelque centimètre séparait nos lèvres.

    - Alors comme ça on préfère pioncer que venir voir son blondinet préféré ? Après deux mois de séparation sans aucunes nouvelles !?


Je me releva et m'assit à côté d'elle. De dos. Pour montrer mon mécontentement. Une attitude de gamin. À l'état pur. Néanmoins, même si la joie de la revoir était immense, les vacances ne m'était toujours pas passer au travers de la gorge. Et je dois avouer que voir la réaction de Sara face au fait que je puisse la bouder, m'intéressais énormément. Bien que la curiosité était un vilain défaut ; Découvrir des facettes de la rouquine était toujours plaisant.

    - Pas moyen, j'vais devoir te séquestrer, fini les escapes chez la famille !


Pour moi tout seul. Encore et encore. C'est comme ça que je la voulais, elle le savait et il en était également de même pour elle.


© Code de Kuru'

_________________

Sara & Kira' ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sara-Holly J. Ashford
Artiste
Artiste

avatar

× Rang : Propriété d'Akira Black-Jack ♥ Ange attirée par le côté obscur. ~
× Pseudo : MISS AMAZING. | Kao'
× Messages : 39
× Age : 20
× Date de naissance : 23/01/1997
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Sara-Holly Juliet ASHFORD
× Âge : 17 ans
× Talents : Le dessin sous toutes ses formes
× Avatar : Anjou Naruko ▬ Ano hi mita hana no namae o bokutachi wa mada shiranai
× Crédits : MISS AMAZING. (moi. ♥)
× Couleur : PaleVioletRed
× Doubles comptes : "Queen" Anabeth S. Emily, si j'te jure

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Ven 15 Fév - 18:39

Sara & Akira
« Distance never separates two hearts that really care, for our memories span the miles and in seconds we are there. But whenever I start feeling sad, because I miss you, I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss. »

Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil ? Ce moment où l'on se souvient d'avoir rêvé ? C'est là que je t'aimerai toujours. C'est là que je t'attendrai...

Un doux parfum lui parvint. Ce fut comme si elle était en train de rêver, mais pourtant elle n'avait pas le souvenir de s'être endormie. À force de trop penser à lui, se mettait-elle à avoir des hallucinations ? Les hallucinations ne sont-elles pas sensées être seulement visuelles ? Sara n'osa pas ouvrir les yeux tout d'abord, comme si elle avait oublié qu'elle les avait fermés. Elle prit une grande inspiration et eut un sursaut lorsqu'elle entendit cette voix au-dessus d'elle. « Alors comme ça on préfère pioncer que venir voir son blondinet préféré ? Après deux mois de séparation sans aucunes nouvelles ?! » Ses yeux s'ouvrirent instantanément, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Elle n'y crut pas, tout d'abord. La proximité avec son visage ne fut même pas une gêne, contrairement aux autres fois. Ses membres furent comme tétanisés, et il se releva finalement, pour venir s'asseoir près d'elle, alors qu'elle se redressait. Elle avait à la fois envie de rire et de pleurer, c'était tout juste si elle y croyait. Sara ne voyait que son dos, l'entendait parler de séquestration, d'escapades... mais ses paroles étaient loin d'elle, tant qu'il ne la regardait pas dans les yeux. « Tu boudes ? » La moitié de la phrase restait coincée dans sa gorge, et elle baissa les yeux vers ses dessins. Pourquoi n'arrivait-elle plus à parler ? Elle se racla élégamment la gorge, pinça les lèvres et se mit sur les genoux, s'approchant doucement d'Akira. Presque timidement ses mains se posèrent sur les larges épaules du garçon et glissèrent le long de son torse alors qu'elle se trouvait toujours derrière lui. Sa tête rousse s'appuya sur celle de son meilleur ami et elle ferma les yeux. « Je me suis ennuyée sans toi, tu peux pas imaginer. » Peut-être le pouvait-il après tout. Sauf que lui avait eu l'occasion de sortir sans doute vu qu'il vivait seul.

Contre toute attente, elle relâcha son étreinte et le fit basculer en arrière pour que son visage se retrouve au-dessus du sien. Voir ses yeux verts lui avait terriblement manqué. Sa main caressa la joue du garçon, et elle esquissa un sourire rassuré. Il était là, devant elle, et rien qu'à elle. Une légère brise souffla autour d'eux, comme si le temps venait de reprendre son cours. Quelles étaient les chances qu'ils se retrouvent le même jour à la pension alors que deux longs mois étaient passés sans qu'ils ne fixent de date de rendez-vous lors de leur retour. Alors comment cela se faisait-il qu'ils aient pensé à revenir une semaine plus tôt que l'an passé ? Elle ferma les yeux et porta les mains à son visage, cachant ces maudites larmes qui commençaient à couler. Elle avait dit qu'elle ne pleurerait pas, mais là c'était trop dur. Elle avait encaissé trop de choses toutes seules ces deux mois, et elle n'y était pas habituée. Secouée de sanglots, elle se sentait bien pathétique. « Kira... » Elle essuya ses larmes, mais elles continuèrent de se déverser, incontrôlables. Devait-elle lui dire une fois pour toutes ? La raison pour laquelle son père s'était déplacé pour elle, cette rencontre qu'elle n'aurait jamais voulu faire et qui pourtant allait changer sa vie sans qu'elle ne puisse rien y faire... Elle se remit à sangloter, et esquissa malgré tout un sourire derrière ses larmes. « Je me sens bête, à pleurer comme ça... » Il y eut l'ombre d'un rire, mais elle fut vite secouée par de nouveaux sanglots venus de nulle-part.

Elle sécha les dernières larmes tandis que d'autres commençaient à remonter, mais elle regarda son blondinet droit dans les yeux. « Il y a quelque chose que... qu'il faut que je te dise. » Elle inspira un bon coup et serra les poings. Qu'est ce que cette déclaration allait entraîner ? Elle en voulait à son père, mais savait éperdument que cette haine serait multipliée par deux une fois qu'Akira aurait appris ce qui lui était arrivé. Sara se laissa presque tomber dans les bras d'Akira, et se remit à pleurer. Il y avait tellement de chose à faire, à dire qu'elle ne savait plus quelles décisions prendre pour que tout se termine bien. Elle avait eu tout le temps d'y penser, mais encore une fois elle s'était surestimée. Penser qu'elle aurait pu se ramener comme une fleur, tout sourire, pour que tout redevienne comme avant. Elle n'avait pleuré qu'une fois devant lui, et ça avait bien été la dernière fois qu'elle l'avait fait. Sara pleurait rarement, mais là... là il y avait bien trop de pression. « Mais avant... comment ça se fait que tu sois là si tôt ? » Une tentative d'esquive, parce qu'elle avait parlé trop vite. Elle ne voulait pas mettre son sujet dérangeant sur le tapis. Pas maintenant du moins. La rouquine se blottit dans les bras du garçon et n'osa pas tout d'abord le regarder dans les yeux, de peur de lancer une nouvelle crise de pleurs. Ne savait-on jamais après tout. Doucement, elle prit une position un peu plus confortable et finit par poursuivre. « C'est décidé : je déteste le Royaume-Uni. » Et aussi les irlandais, mais ça c'était une autre histoire. Elle jeta un coup d'œil vers sa pochette de dessins, et se surprit à penser qu'elle avait vraiment beaucoup dessiné, tant il était rempli.
fiche par century sex.

_________________

: Kira + Sara ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Akira Black'Jack
Sportif
Sportif

avatar

× Pseudo : Kuru'
× Messages : 49
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Akira Black'Jack
× Âge : 17 ans
× Talents : Spécialisé dans les sports de combat
× Club : A voir
× Avatar : Naruto Uzumaki
× Crédits : Kuru'
× Couleur : Peru
× Doubles comptes : Kurusu Black'Shouu / Edouard Nightray

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Sam 16 Fév - 0:31


❧ Sara & Akira

La surprise. Ce fût ma première réaction.
Une douce et chaleureuse surprise. Qui je dois bien l'avouer, ne me laissa pas indifférent. Je connais Sara. Mieux que quiconque. Plus que n'importe qui. Peut-être même, mieux qu'elle ne se connait. Pourtant lors de cette situation, s'il y a bien une chose à laquelle je ne m'attendais pas, c'était cet élan d'affection de la belle. Sans que je ne m'en rendes compte, ses mains parcouraient à présent mon torse, son dos s'appuya contre le mien et sa tête se posa sur la mienne. Me serrant d'une entrante qui m'indiquait facilement que la dernière chose que ma rouquine voulait que je fasse, était que je ne m’éloignes. Ce qui bien sûr n'arriverait pas. Car la dernière chose dont j'avais envie, c'était de perdre le contact physique que j'avais en ce moment avec ma jolie Sara. Comme si, c'était une preuve en plus que le cauchemar de ces deux mois d'été était bel et bien fini. Enfin. Je crois que c'est la première fois que je suis content de reprendre les cours. Ça me fait tout drôle. Je sentais sa respiration au travers de mon dos et au dessus de mes fils dorés, placé en bataille comme à mon habitude. Si j'avais été du genre fleur bleue, j'aurais pu me lancer dans un roman à l'eau de rose et dire que mon coeur avait loupé un battement, mais je suis un garçon prétentieux et peut-être un peu trop fier, alors je me contente de dire qu'à ce moment précis, j'aurais pu lui sauter dessus littéralement et la faire mienne définitivement.

« Je me suis ennuyée sans toi, tu peux pas imaginer. »
Bien au contraire. Il en été de même pour moi. J'avais beau avoir la liberté de vivre seul et de pouvoir faire ce que je veux, en comparaison de Sara qui avait surement du rester ces deux mois à travailler pour les sociétés Ashford, je m'étais fait chier comme un rat mort. Et pourtant j'avais à maintes reprises enchaînés les soirées. Une chose est sûre ; Sara laissait un grand vide en moi lorsqu'elle n'était pas là. Je le savais déjà plus ou moins, mais ces vacances me l'avait confirmé. En beauté. Lorsqu'elle caressa ma joue, j'eu comme des frissons. Bizarrement j'avais envie de beaucoup plus. Enfin c'est l'âge surement. Les hormones j'vous jure. Pourtant je ne fis rien, je ne voulais pas gâcher ce moment de tendresse avec ma rouquine. Bien trop concentré sur ses yeux noisettes. Ses yeux que j'aimais tant.
Quelque chose n'allait pas. Je ne suis pas idiot et je le vois. Mes doutes furent accentués lorsque je vis les yeux de mon artiste se troubler. Jusqu'à en voir des larmes coulées.

    - Kira...
    - Sara... ?


Oui c'est sûr. Il y avait un problème. Aussi loin que je m'en souvienne, Sara n'a pleuré qu'une seule et unique fois depuis bien que nous nous fréquentons. Pour qu'elle craque de nouveau, c'est que quelque chose n'allait pas. Que s'était-il passé au Royaume-Unis ? Je sentais la colère me monter à la tête, néanmoins, ce qu'avait besoin ma rouquine en ce moment c'était de mon soutient et non de mon impatience irresponsable, il fallait que j'attende qu'elle m'en parle d'elle-même. Et j'attendrai, aussi longtemps qu'il le faudra. Jusqu'à ce que ses vilaines larmes, lui rendent son si merveilleux sourire. « Je me sens bête, à pleurer comme ça... » Elle ne l'est pas. J'ai toujours pensé que les larmes lui allaient bien. En fait, tout va merveilleusement bien avec la demoiselle. Néanmoins, je ferais en sorte qu'elle retrouve sa pêche de d'habitude qui la rend si unique en son genre.

Je fronça les sourcils lorsqu'elle m'annonça qu'elle avait une chose à me dire. Et vu son air, c'était quelque chose de grave. Je n'aimais pas ça, pas du tout. J'imaginais le pire, sachant que son père pourrait être derrière ses larmes. Mon dieu que je commençais sérieusement à en avoir plus que marre de lui ! J'ai beau dire que je me fiche royalement de sa famille, le fait que son père essaye d'empêcher Sara de me fréquenter m'a toujours mis hors de moi, bien que toujours sous l'emprise de ma fierté, j’évitais de trop le montrer. Du moins à lui, car Sara devait l'avoir deviné depuis bien longtemps.
Elle était blottit contre moi, des larmes perlant toujours son si beau visage. Je n'aimais pas la voir comme ça. J'étais en colère. Contre moi-même. Sans cesse je m'étais répété que bien qu'elle me l'est demander, j'aurais du agir. L'empêcher de se faire enlever par son père. La garder, rien que pour moi. Comme cette promesse d'enfant restait gravé dans ma mémoire, cette vérité l'était aussi. J'ai jusqu'à maintenant réussi à la garder à mes côtés et je compte bien continuer aussi longtemps que je le pourrais. C'est à dire toute ma vie. Oui c'est exactement ce que je veux, car il n'y a qu'avec elle que je me sens bien.

Je passa ma main dans ses cheveux, si doux et si soyeux. Leur contact m'avait terriblement manqué. J'avais envie parcourir tout son être. Je m'installa de façon à ce qu'elle soit le mieux installée contre moi, la serrant doucement dans mes bras, pour lui montrer que j'étais là. Qu'elle n'était pas seule, comme pour la rassurer qu'à partir de maintenant elle ne serait plus seule. Je ne la laisserais plus, c'est terminer. Mr. Ashford ou non.

« Mais avant... comment ça se fait que tu sois là si tôt ? »
La réponse était déjà toute formée dans ma tête. Je savais pourquoi j'étais déjà à la pension. Au lieu d'être tranquillement chez moi. C'est vrai, c'est la première fois que j'arrive en avance dans l'établissement où j'étudie. C'est amusant. Dans cette pension, j'ai vécu de nombreuses expériences dont jamais je n'aurais eu idées, et ceux même avec ma rouquine. Jusqu'à maintenant j'avais gardé le silence, me contentant de la garder dans mes bras. De la rassurer avec ma présence. Mais rester muet n'était pas dans mes habitudes et il fallait bien que je commence à l'ouvrir. Je pu le faire après qu'elle est décrétée qu'elle détestait le Royaume-Unis. Ce retour là-bas n'avait définitivement pas été une bonne idée.

Ce fut à mon tour de lui caresser la joue, lui souriant. Je ne voulais pas lui montrer que j'étais en colère contre son père, ce que je voulais là, c'était m'occuper d'elle, tel un chevalier qui secours sa princesse. Je viens lui embrasser la joue et la regarda droit dans les yeux.

    - Je me suis dis que plus j'arriverais tôt ici, plus j'aurais de chance de te voir rapidement. J'ai misé sur l'espoir que tu puisses penser là même. Je voulais être là quand tu débarquerais et que tu me sauterais dessus ! Mais finalement, tu es arrivée avant moi.


Finalement, je l'entraîna avec moi et fit en sorte que nous nous allongeâmes sur l'herbe. Sa tête posée sur mon coude, passant ma main sur sa fine taille, me tournant vers elle. Toujours en la regardant. Nous étions toujours aussi proches, voir complètement collés. Pour mon plus grand plaisir. Après un temps de silence, sans que je sache comment celui-ci s'est installé, je repris la parole. Toujours en essayant de garder mon calme.

    - J'aime pas.. Te voir comme ça. Tu me racontes ce qui s'passe ?


J'avais tellement de question à lui poser, de choses à lui dire... Mais je ne voulais pas la brusquer, alors tout comme le temps qui paraissait si calme, je faisais en sorte que notre conversation se passe le plus simplement possible. Jamais je n'aurais cru que mes sentiments, peu importe leur nature, envers Sara puissent me faire prendre autant sur moi. Une chose est sûre, je ne comptais plus la laisser seule, impossible de la laisser repartir une nouvelle fois... C'est dingue, je ne pensais pas que je pouvais être aussi possessif, sachant que je pensais l'être déjà suffisamment.


© Code de Kuru'

_________________

Sara & Kira' ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sara-Holly J. Ashford
Artiste
Artiste

avatar

× Rang : Propriété d'Akira Black-Jack ♥ Ange attirée par le côté obscur. ~
× Pseudo : MISS AMAZING. | Kao'
× Messages : 39
× Age : 20
× Date de naissance : 23/01/1997
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Sara-Holly Juliet ASHFORD
× Âge : 17 ans
× Talents : Le dessin sous toutes ses formes
× Avatar : Anjou Naruko ▬ Ano hi mita hana no namae o bokutachi wa mada shiranai
× Crédits : MISS AMAZING. (moi. ♥)
× Couleur : PaleVioletRed
× Doubles comptes : "Queen" Anabeth S. Emily, si j'te jure

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Sam 16 Fév - 7:56

Sara & Akira
« Distance never separates two hearts that really care, for our memories span the miles and in seconds we are there. But whenever I start feeling sad, because I miss you, I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss.  »  

Au final, ils ne s'étaient loupés de que de peu l'un et l'autre. Quelque chose dans l'esprit de Sara lui fit penser qu'ils devaient, quelque part, posséder une sorte de connexion. Combien de chances existait-il pour qu'ils puissent se rencontrer le même jour, à quelques minutes près ? Elle essuya ses larmes et se sentit entraînée au sol par un Akira qui sembla préférer une position allongée. Elle eut un temps de réaction un peu long mais ne protesta pas, contrairement à d'habitude. Demain sans doute, le vie reprendrait son cours... mais aujourd'hui, elle voulait profiter de chaque instant avec son meilleur ami, aussi gênant soit-il. L'une de ses mains se posa sur le torse bien dessiné du garçon, tandis que celle de ce dernier alla chercher sa taille. Même à travers cette chemise, elle pouvair constater Ô combien son ami était bien bâti, ce qui entraîna quelques rougeurs de la part de la rouquine qui n'eut pas d'autre choix que de lever le regard vers ses heux. Ses magnifiques yeux qui lui avaient tellement manqués. Il passa une main rassurante sur la joue de l'adolescente, lui arrachant un frisson. Pourquoi, chaque fois qu'elle le regardait, ne pouvait-elle pas s'empêcher de vouloir le prendre dans ses bras ? Elle voulait l'enlacer, le serrer, l'embrasser... le garder pour elle toute seule. En cet instant, elle dût se retenir pour ne pas lui sauter au cou et plaquer ses lèvres sur les siennes. Au fur et à mesure qu'ils grandissaient, leur relation devenait plus étroite, plus ambiguë encore. Que ressentait-elle pour lui ? Seulement de l'amitié ? Il y avait une attirance forte qui tirait presque par le désir... mais encore ? Elle n'était jamais tombée amoureuse, et la question ne se posait pas. Cependant, que ressentirait-elle s'il lui disait s'être trouvée une petite amie pendant les vacances ? Ça n'était pas possible, mais l'évocation du sujet lui fit un pincement au cœur. « J'aime pas.. Te voir comme ça. Tu me racontes ce qui s'passe ? » Ellle baissa les yeux vers le cou du garçon, incapable de le regarder en face. Elle ne voulait pas éclater en sanglots; elle se sentait tellement pathétique.

Mais il fallait qu'elle lui raconte. Qu'il partage ses douloureux souvenirs estivaux, qu'il sache. Elle appréhendait sa réaction, elle ne voulait pas qu'il lui en veuille. C'était pour cette raison qu'elle ne voulait pas raconter. Il aurait le droit de lui reprocher son impuissance, même si dans tous les cas elle n'aurait rien pu faire. Les souvenirs de son père lorsqu'il l'avait présentée lors de ce dîner mondain, ce garçon qui devait avoir deux ans de plus qu'elle à tout casser, et qui avait été désigné comme son futur mari... « Mon père veut que je me marie. » La phrase était sortie d'une traite, mais la fin de fut qu'un souffle. Ses doigts se serrèrent sur la chemise du jeune homme et elle alla se nicher contre lui, incapable d'affronter son regard. Était-il surpris ? Ou en colère ? Elle n'avait plus la tête à réfléchir, à penser. Elle vivait cet instant au présent, comme tous les autres avant, comme elle avait oublié de le faire cet été. L'absence d'Akira avait été un trou total, c'était tout juste si elle avait été capable de se souvenir comment s'habiller, comment respirer. « Il a... il a décidé que ça se ferait l'année prochaine, pour mes 18 ans... » Elle fondit en larmes, secouée de sanglots, inconsolable. Plus fort encore, l'étreinte de ses doigts minces se referma sur cette chemise qui était son seul point d'attache. Les bras d'Akira avaient beau l'enlacer tendrement, elle s'en voulait à mort. Sara ne pouvait s'empêcher de rejeter la faute sur elle-même, de se dire qu'elle aurait dû protester. Mais sans soutien, comment trouver la force de se battre ?

« Pardon Kira, pardon... » Ses excuses se perdirent dans le flot de larmes qui ne voulaient s'arrêter de couler. Intérieurement, elle avait beau hurler d'arrêter, elles continuaient à n'en faire qu'à leur tête, à rouler capricieusement le long de ses joues pâles. « J'ai protesté, mais j'aurais dû le faire plus longtemps... » Elle n'osait pas détacher ses mains endolories à force de malmener cette chemise blanche, elle n'osait pas se reculer de peur de rencontrer ce regard vert d'eau qu'elle appréhendait. Elle n'osait pas le lâcher de peur qu'il ne parte... Mais comment pouvait-elle penser un seul instant que le garçon lui en voudrait ? Elle était aveuglée par sa propre culpabilité, c'était tout juste si ce seul sentiment venait de lourdement écraser la Sara qu'elle et lui connaissaient. « Dis moi que tu ne m'en veux pas, je t'en supplie. » Cette plainte restait coincée dans sa gorge. Elle ne parvenait pas à sortir, bloquée par cette fierté maladive qu'il lui avait transmise. Elle aurait voulu qu'il lui dise, qu'il lui montre même... que penserait-il de tout ça ? Arrêter de penser, de croire. Il fallait qu'elle stoppe tout, qu'elle remette ses idées en place.
fiche par century sex.

_________________

: Kira + Sara ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Akira Black'Jack
Sportif
Sportif

avatar

× Pseudo : Kuru'
× Messages : 49
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Akira Black'Jack
× Âge : 17 ans
× Talents : Spécialisé dans les sports de combat
× Club : A voir
× Avatar : Naruto Uzumaki
× Crédits : Kuru'
× Couleur : Peru
× Doubles comptes : Kurusu Black'Shouu / Edouard Nightray

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Sam 16 Fév - 21:16


❧ Sara & Akira

En un instant, un univers peut s'anéantir.
Cette annonce eut l'effet d'un coup de poignard, directement implanté dans mon coeur. Plus le temps défilait et plus le couteau remuait dans la plaie. Je ne serais dire ce qui se passa à cet instant dans ma tête. Je ressentis plusieurs émotions. D'un seul coup. Tout ce mélangeaient. Je ne voulais pas croire ce que Sara me révélait. Jamais, jamais je n'aurais cru possible cette situation. J'ai été naïf. Trop. Idiot. Assurément. En fait, j'étais trop sur de moi. Aujourd'hui je m'en mords les doigts. Tout ne se passe pas comme on le souhaite. Je le savais pourtant. Je l'avais déjà appris... J'ai ignoré cette leçon de la vie. En voilà le résultat.
Passant par l'envie de tout casser, de tout détruire, à l'envie de meurtre. Je ne pourrais décrire l'état de colère dans lequel je me retrouvais. Je n'aurais jamais pensé pouvoir haïr à ce point-là. Non, jamais. C'est néanmoins ce qu'il se passait. Et cette haine, je la dirigeais entièrement sur une seule personne ; Mr. Ashford.

J'ai toujours pensé que le bonheur de sa fille l'intéressait. Que même s'il ne m'aimait pas, je ne craignais rien d'autre que des leçons de morale qu'il fessait à sa fille. Si on m'avait dit plus tôt ce qu'il allait se passer, je ne serais pas rester les bras croisés. Alors que les larmes de ma rouquine repris de plus belle, je restais muré dans un silence, dans mon silence. J'avais la sensation d'être dans un cauchemar. J'aurais voulu me réveillé à ce moment-là. En sursaut pourquoi pas et la voir à mes côtés, dans sa posture habituelle, avec son caractère de tous les jours et me lancer une de ses répliques sanglantes mais toujours amicales dont elle seule avait la clé.
C'est beau de rêver.
Non c'était bel et bien la réalité, la douloureuse vérité. Ses mains se serrèrent sur ma chemise, mon torse commençant à être humide à cause de ses perles d'eau. Et moi j'étais là. Impuissant. Sous le choc. Énervé. J'étais complètement largué. Dans une incompréhension totale... J'aurais voulu revenir en arrière. Complètement. Revenir au début des vacances, l'empêcher de prendre la voiture et défier son père une bonne fois pour toute. Le mettre face à la réalité qui était jusqu'à lors, la seule que je connaissais ; Elle est à moi.

Mon univers s'effondra. On menaçait de me retirer quelque chose de vitale. On voulait à la donner à un autre. Il en était hors de question. Jamais, je dis bien jamais, je ne laisserais faire ça. Je savais déjà que j'étais possessif et que je détestais qu'on touche à ce qui m'appartenais. Je ne traiterais jamais Sara d'objet. Ayant bien trop de respect pour elle. Mais je pouvais clairement confirmer qu'elle était en ma possession. Que c'était ma propriété. Ma chasse-gardée. Tout comme je l'étais pour elle. C'était une évidence si flagrante pourtant... Pourquoi faut-il que cette vérité soit remise en doute ? J'aime les défis. J'ai toujours adoré cela. Néanmoins, je me serais volontiers passé de celui-là.

Pourtant, pas question de flancher.
Sara versait les larmes de nous deux. Elle était déjà assez mal pour que je n'en rajoute. Je devais agir de façon mûrement réfléchie. Mais comment ? J'en voulais à la terre entière. Même à ceux qui n'y étaient pour rien, à ceux que je ne connaissais pas. Je crois que s'il y a toujours un moment pour se défouler, celui-ci était le bon. Mes poings se serrèrent. Mes sourcils se froncèrent, plus qu'ils ne le pouvaient. Mon coeur se mit à battre à vive allure sous l'effet d'une colère noire. Dirigé vers la famille Ashford et non sur ma rouquine qui n'y était pour rien. Une chose parvient pourtant à me calmer. Un minimum. « Pardon Kira, pardon... » Jusqu'à maintenant j'étais aveuglé par la haine.
Je ne suis qu'un égoïste.
Elle souffrait. Celle que j'essayais mine de rien à protéger, souffrait, au point de craquer et de se vider totalement de son eau. Mes pulsations se furent moins violentes et je pu me calmer doucement pour trouver une solution à ce problème qu'il me fallait absolument régler.

Bien que l'envie de la lâcher était loin, très loin derrière moi, je devais le faire. J'avais des vertiges. Mais rester allongé me donnait d'autant plus mal à la tête. Puis il fallait que je souffle. Un peu. Que j'encaisse. Que je me calme d'avantage. Hors de question de me défouler sur mon artiste. J'attrapa ses mains, pour lui faire relâcher la pression. Une fois qu'elle le fis, je me releva. Mes émeraudes regardant le ciel encore bleu de l'été. J'inspirais, puis j'expirais. Lorsque je décida de casser le silence.

    - Hé, Sara, pourquoi tu t'excuses ?


Une légère brise de vent avait fait remonter les souvenirs. Me plongeant dans une nostalgie profonde. J'étais une fois de plus dos à elle. Pour une simple et bonne raison. Si je regardais ma rouquine, il est possible qu'un de mes principes s'envole en fumée. J'ai toujours refusé de verser des larmes, peut importe leurs provenances. Je résistais à toutes sortes de réactions. Fondre en larme face à une réalité qui m'échappait, aller me défouler sur quelqu'un ou carrément me rendre au Royaume-Unis est faire un crime. Finalement j'eu une réaction à laquelle je ne m'attendais pas. J'eu un rire.

    - Dis, tu te souviens de quand nous étions petits ? Je t'ai fais une promesse. J'eu un temps de pause et repris, aujourd'hui rien n'a changé. On a peut-être grandi, dans notre relation comme dans l'âge, mais la donne reste la même. je décida de me retourner, lui adressant mon plus grand sourire, celui dont j'avais la recette. Tu es à moi.


Je m'étais calmé. Parce que j'avais simplement réalisé quelque chose. Lorsque j'avais revu mes souvenirs me défiler en tête, je m'étais aperçu de l'importance réelle de Sara et cette annonce n'avait fait qu'accentuer cela. J'avais vu les nombreuses épreuves que nous ayons partagé, enduré. Ce mariage était une nouvelle épreuve. Et personne ne peut avoir raison de notre duo. Personne. Pas même son père. C'est terminé. Fini. Plus question de me la fermer devant lui. Je m'accroupi, me rapprochant d'elle à nouveau. Reprenant le contact avec elle. Ma main parcourra ses cheveux, mon visage s'approcha du sien.

    - Laisse-moi te refaire une promesse. Ce mariage... Il n'aura jamais lieu. Quitte à ce que je débarque le jour J et t’enlève devant tous les yeux de la salle, je le ferais. Je n'ai peur de personne. Pas même de ton père. Pour moi il n'est rien, je n'hésiterais pas à me confronter à lui. Je lui ferais voir une réalité qu'il ne veut pas accepter. Celle comme quoi, toi et moi sommes inséparables. Tu es à moi, tout comme je suis à toi.

Je viens poser mes lèves au coin des siennes. Douce et provocante tentation, mais j'en avais besoin. Pourtant, sans son accord, je ne ferais jamais rien d'autre. Je crois... C'est bien la première fois que je suis comme ça. En général, je me fiche bien de ce que je peux faire. Je me permet ce que je veux... Mais elle, elle.. Elle est spéciale tout simplement. Plus le temps passait et plus je me rendais compte que j'avais mis ma fierté de côté. J'ai dis des choses que j'aurais peut-être eu du mal à dire dans une autre situation. Hé Sara, tu vois l'effet que tu me fais ?


© Code de Kuru'

_________________

Sara & Kira' ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sara-Holly J. Ashford
Artiste
Artiste

avatar

× Rang : Propriété d'Akira Black-Jack ♥ Ange attirée par le côté obscur. ~
× Pseudo : MISS AMAZING. | Kao'
× Messages : 39
× Age : 20
× Date de naissance : 23/01/1997
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Sara-Holly Juliet ASHFORD
× Âge : 17 ans
× Talents : Le dessin sous toutes ses formes
× Avatar : Anjou Naruko ▬ Ano hi mita hana no namae o bokutachi wa mada shiranai
× Crédits : MISS AMAZING. (moi. ♥)
× Couleur : PaleVioletRed
× Doubles comptes : "Queen" Anabeth S. Emily, si j'te jure

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Dim 17 Fév - 0:35

Sara & Akira
« Distance never separates two hearts that really care, for our memories span the miles and in seconds we are there. But whenever I start feeling sad, because I miss you, I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss. »  

Les mains chaudes d'Akira se posèrent sur les siennes, ce qui eut l'effet de le faire lâcher petit à petit l'étreinte de fer dans laquelle elle emprisonnait sa chemise humide. Sara souffla en sentant qu'il se relevait, tandis qu'un silence pesant s'installait entre eux. Elle décida de se redresser à son tour, essuyant les dernières larmes qui roulaient le long de ses joues. Il n'état plus question de se dérober désormais, car il allait lui faire part de sa réaction, et elle ne devait rien rater. « Hé, Sara, pourquoi tu t'excuses ? » Elle leva son regard noisette vers le garçon, encore une fois dos à elle. Pourquoi, lorsqu'elle ne voyait pas son visage, Sara ressentait-elle une impression de distance ? Cette impression qu'il ne se retournerait plus jamais créait un nœud dans son ventre qui lui faisait mal. Cette question, elle ne voyait aucun sentiment derrière, parce qu'elle ne voulait pas interpréter ses paroles. Pourquoi elle s'excusait ? « C'est parce que je me sens coupable. » Elle aurait voulu répondre avec l'entrain et l'assurance dont elle avait toujours fait preuve, mais aucun son ne voulait sortir, et cette phrase lui resta au travers de la gorge. Elle serra ses petits poings sur ses cuisses et inspira un bon coup. Hors de question de se remettre à pleurer, ça suffisait pour aujourd'hui.

Contre toute attente, Akira se mit... à rire. Secoué comme ça, soudainement. Elle le regarda, incrédule, ne trouvant pas la situation idéale pour rire. Mais il se contenta de lui faire remarquer une chose. « Dis, tu te souviens de quand nous étions petits ? Je t'ai fais une promesse. » Bien sûr qu'elle s'en souvenait, comment aurait-elle pu oublier ? Ce genre de souvenirs fait partie de ceux qui restent gravés dans les mémoires à vie. Quand bien même ce petit garçon n'aurait pas été Akira, elle ne l'aurait jamais oublié. Mais le Destin avait fait que leurs chemins se retrouvent, et cette simple "coïncidence" faisait que non, elle n'imaginait pas terminer sa vie avec un autre que lui. « On a peut-être grandi, dans notre relation comme dans l'âge, mais la donne reste la même. » Un sourire apparut sur le visage encore un peu rouge de Sara. Qu'elle avait été stupide de penser ne serait-ce qu'un instant qu'il puisse lui en vouloir. Elle avait envie de se jeter dans ses bras et ne plus jamais le lâcher, et quand il se retourna pour lui adresser un sourire des plus sincères, elle dût vraiment se retenir pour ne pas lui mettre une gifle tant de telles manières devaient être interdites. « Tu es à moi. » Il n'avait pas le droit. Pas le droit de la faire craquer, pas le droit de la faire succomber à chaque fois. Elle le regarda dans les yeux lorsqu'il se rapprocha, puis passa la main dans ses cheveux roux. Une promesse, encore. Il allait finir par l'achever. Elle avait encore envie de pleurer, mais de joie cette fois. Sara se retint cependant, le laissant finir sur des notes qui donnaient envie de hurler. Lui hurler à quel point elle tenait à lui. « Tu es à moi, tout comme je suis à toi. »

Sara sentit alors les lèvres d'Akira se poser au coin des siennes. Un bref contact, qui l'avait surprise en premier temps. Pourquoi jouait-il sur ce terrain-là ? Automatiquement, les mains de Sara cherchèrent un contact à l'aveuglette et trouvèrent cette chemise qu'elles avaient tellement maltraitée quelques instant auparavant. Elle se détacha de lui mais alla poser son front contre le sien, incapable de réagir plus que ça. « Tu t'aventures sur un terrain glissant, Kira... » Un sourire provocateur s'afficha sur le visage de Sara tandis que ses mains remontaient lentement jusqu'au cou du garçon. Le contact de leurs peaux respectives leur arracha un léger frisson. Elle avait terriblement chaud, mais savait éperdument que cela venait d'autre chose que la température ambiante, sensée être estivale. Les traces de larmes venaient de disparaître, laissant place à une Sara qui semblait revenir plus en forme qu'elle ne l'avait été depuis deux mois. Combler l'absence d'Akira avait été impossible, et elle avait besoin de leur montrer qu'ils étaient bel et bien de retour, l'un pour l'autre. Inconsciemment, elle se mordit la lèvre inférieure tandis que sa main droite remontait le long du cou du jeune homme, effleurant chaque parcelle de peau qu'elle pouvait toucher. Arrivée au niveau de sa joue, elle recula son visage pour le regarder dans les yeux. En temps normal, une telle proximité aurait dû la déranger; elle l'aurait repoussé violemment en lui hurlant d'arrêter de jouer avec elle. Mais aujourd'hui, c'était différent de d'habitude. Aujourd'hui, Sara se sentait revivre, à 100%, alors qu'elle avait sombré dans un état presque apathique pendant son séjour dans son Angleterre natale, à supporter ses parents mais aussi les visites constantes de ces riches avec un balai coincé dans le cul. Sara esquissa un sourire et tandis que sa main gauche saisissait à nouveau cette maudite chemise, elle lui murmura presque : « On devrait vraiment arrêter de jouer, ça finira par faire mal un jour. » Elle avait beau dire ça, Sara n'avait aucune envie de stopper les gamineries qu'ils faisaient depuis la nuit des temps. Elle pouvait sentir le souffle du garçon sur son visage, et son cœur battait de plus en plus fort. Bon Dieu, quel effet lui faisait-il ? Pourquoi n'avait-elle plus envie de le lâcher ? Les lèvres de la rouquine effleurèrent juste celles du sportif, provocatrices et joueuses. C'était comme si elle était complètement bourrée. La présence d'Akira lui faisait-elle perdre ses moyens à ce point ?

« Si je te disais cap ou pas cap de m'embrasser, qu'est ce que tu répondrais ? » Et elle qui disait qu'il s'aventurait sur un terrain glissant... elle jouait carrément avec le feu, elle ! L'espace d'un instant, un souvenir précis lui revint en mémoire. Une journée anodine, l'an passé, pendant laquelle Akira avait décide de jouer avec elle, comme à son habitude. À cette époque, leur relation avait déjà clairement changé par rapport aux simples jeux où ils se cherchaient mutuellement, passant jusqu'à quelques provocations physiques, mais rien de bien méchant. Ce jour-là, Kira lui avait fait comprendre une chose : elle n'était pas au bout de ses peines. « Tu devrais éviter de trop t'approcher, je risquerai de me brûler les ailes. » avait-elle déclaré tandis que leurs visages s'étaient trouvés à la même distance qu'aujourd'hui. Sara n'oublierait pas non plus cette journée, où il était parti chercher son oreille pour lui susurrer ces quelques mots qui l'avaient fait méditer longtemps. « Rassure-toi Sara, si j'avais voulu brûler les ailes d'un ange comme toi, je l'aurais embrassé. » Et aujourd'hui, alors qu'il avait dû avoir sorti cette phrase du tac au tac, elle revint à l'esprit de Sara claire comme de l'eau de roche. Elle reçut sa réponse très rapidement et, sans grande surprise, sentit les lèvres chaudes du garçon se sceller aux siennes dans un baiser qu'elle lui rendit sans hésitation, sa main agrippant toujours aussi fort cette chemise qui n'en avait pas fini d'en voir de toutes les couleurs aujourd'hui.
fiche par century sex.

_________________

: Kira + Sara ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Akira Black'Jack
Sportif
Sportif

avatar

× Pseudo : Kuru'
× Messages : 49
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Akira Black'Jack
× Âge : 17 ans
× Talents : Spécialisé dans les sports de combat
× Club : A voir
× Avatar : Naruto Uzumaki
× Crédits : Kuru'
× Couleur : Peru
× Doubles comptes : Kurusu Black'Shouu / Edouard Nightray

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Lun 18 Fév - 0:42


❧ Sara & Akira

J'en ai rêver.
Ses lèvres. Plus d'une fois je les ai désiré. Après tout je reste un garçon. Sara est une très jolie jeune fille. Sara me fait de l'effet. Sara a de l'importance. Sara me complète. Sara, je l'aime. À quel point ? De quelle manière ? Je ne sais pas, c'est bien trop vague. Ce que je sais, c 'est qu'elle est différente. Que si il y a bien une seule et unique personne avec qui je me vois dans les années à venir, c'est elle. Uniquement elle. On dirait un gamin amoureux. Un prince parlant de sa princesse. Pourtant je suis bien loin d'avoir les pensés de ses deux personnages innocents. J'en ai rêvé. L'embrasser et bien plus si je le pouvais. La tentation était trop grande chaque jour et je reste un jeune homme, ayant des envies, comme toutes personnes. Jamais. Jamais nous n'avions franchi cette limite. J'avais tellement pris l'habitude de la troubler avec mes gestes parfois déplacés, mais jamais je ne l'avais embrassé. De toute façon, je n'aurais jamais pu la forcer. Pourtant là, ça se produisait, parce qu'elle me l'avait demandé. Ou plutôt parce qu'elle m'avait défié. Je ne suis pas idiot, si elle n'en avait pas envie, elle ne se serait pas lancer dans un cap ou pas cap, sachant que j'y répondre forcement cap. Surtout sur ça. Je faisais plusieurs fois références aux envies qui me traversait quand il s'agissant d'elle. Comme cette fois, l'année dernière, lorsque je l'avais plaqué et allongé sur un banc, devant les yeux de plusieurs spectateurs et que je lui avais susurré à l'oreille que de toute manière, ma première fois serait avec elle. Combien de fois m'étais-je retenu de ne pas plaquer mes lèvres sur les siennes, pour lui voler un baiser passionner ? Je ne saurais compter.

Mais maintenant ? Pourrais-je m'arrêter ? Un baiser... Ce n'est rien, bien que cela prenne une putain d'importance avec elle. Il me fait de l'effet. Surtout lorsqu'elle me le rendis. Comment veut-elle que j'en reste là ? Après tout ce temps d'attentes et d’abstinences. Je n'ai jamais osé, mais maintenant que c'était fait, qu'allait-il se passer ? Il y a une chose que je sais ; notre relation venait de s'améliorer de nouveau. Mais jusqu'où ira-t-elle ? Sara avait parfaitement raison, en disant qu'on devait arrêter de jouer, sur ce terrain là, ou ça finirait par faire mal. C'est sur... Un jour nous allons finir par atteindre le point de non-retour comme on dit. Que se passera-t-il à ce moment-là ? Aucune idée, en attendant, hors de question d'arrêter... Je ne le pourrais simplement pas. Pour la première fois, si Sara me demandait ; cap ou pas cap d'arrêter ce jeu dangereux entre nous. Je lui répondrais ; pas cap. Assurément. Il faut parfois se rendre à l'évidence, il y aura toujours quelque chose qui peut avoir raison de nous, pour moi, c'était ma rouquine.
Ma colère, que je contenais en mon fort intérieur, se dissipait. Avec un simple baiser. Les hormones font qu'on est jamais satisfait de ce que l'on a. Je brûlais d'une impatience qui jusqu'à maintenant m'était inconnue. Une douce chaleur me parcourra, douce et désagréable à la fois. Nos lèvres se décollèrent un instant, le fait étant qu'ils nous fallait tout de même respirer un minimum. J'ai toujours été gourmand, plus j'en avais et plus j'en demandais. Cette occasion n'allait peut-être pas se reproduire... Qui sait ce qui se passera demain, aujourd'hui, nous devions en profiter. Tous les deux de l'autre. Je revins une nouvelle fois à ses lèvres, ma langue se frayant un chemin entre les fines lèvres de ma rousse, pour aller chercher la sienne et jouer avec. Ce qui n'eut pour effet que d'accentuer cette chaleur et d'augmenter mon envie.

J'en ai rêvé.
Aujourd'hui, c'est la réalité. J'ai toujours été content en sa présence. Aujourd'hui, j'étais dans une plénitude intense. Cette fille est une véritable drogue. Agréable et piquante, sucrée et épicée. Je la fis de nouveau basculer en arrière, me retrouvant au dessus d'elle, elle en dessous. Les positions allongées étaient vraiment ce que je préférais... N'allez pas me demander pourquoi. Une de mes mains alla chercher contact avec la sienne, mes doigts s'emmêlèrent avec les siens. Si cet instant pouvait durer éternellement. Mon autre main, était toujours présente dans ses cheveux, jouant avec une mèche, l'impatience surement, l'effet de la belle. J'avais pris en otage ses lèvres un assez long moment maintenant... Il fallait peut-être que je lui rende, même si je n'en avais pas du tout envie. À contre-coeur, je décolla finalement mes lèvres, plantant mon regard émeraude dans ses yeux noisettes. Puis j'alla à son oreille, lui susurrer quelque mots. C'était une manie que j'avais prise, chuchoter à son oreille, je savais que ça lui faisait de l'effet, je me vengeais en quelque sorte, de toutes les fois où elle était irrésistibles et ou je n'avais qu'une envie, la prendre dans mes bras et l'embrasser comme en ce moment ; c'est à dire tout le temps.

    - Alors mon ange, qu'est-ce que ça fait de se brûler les ailes ?


Il était sur qu'elle saurait de quoi je parle. Tous nos souvenirs sont enfouis dans nos têtes. Chaque instants, chaque secondes, minutes, heures. Tout. Notre mémoire n'aurait pu ne servir qu'à ça tellement elle était bombé de souvenirs à deux. Notre duo, il n'existe pas plus inséparable ; Sara, promet-moi d'être toujours à mes côtés. Sans elle, j'avais une fragilité, que je tentait tant bien que mal de dissimuler. C'est ce que j'aurais aimé lui dire plus d'une fois, mais bon, ma fierté était encore là...
Je descendis à son cou, avec de légers souffles dessus. Si j'avais pu, je crois que je l'aurais manger. J'aurais été le grand méchant loup et elle, le petit chaperon rouge. J'avais envie de continuer, d'aller plus loin, mais en même temps je ne voulais pas ; on va finir par se faire mal. Cette phrase raisonnait dans ma tête. Qu'allait-il se passer maintenant ? Sara est ma meilleure amie, mais encore ?

    - Décidément, tu es vraiment la seule à me faire autant d'effet, lui dis-je en venant nicher ma tête au creux de son cou, hé Sara, cap ou pas d'avouer ce que tu ressens ? Quelque chose qu'il t'a toujours été impossible d'avouer a cause de notre stupide fierté.


Elle qui été devenue comme moi et elle refusait parfois d'avouer bon nombre de chose prise sous l'emprise de ce fierté. La curiosité est un vilain défaut. Une provocation. Mais aujourd'hui, tout est permis non ? On fait ce qu'on veut. Puisque demain, tout reviendra à la normal... Je crois. Alors, autant tout mettre sur le tapis, une bonne fois pour toutes.


© Code de Kuru'

_________________

Sara & Kira' ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sara-Holly J. Ashford
Artiste
Artiste

avatar

× Rang : Propriété d'Akira Black-Jack ♥ Ange attirée par le côté obscur. ~
× Pseudo : MISS AMAZING. | Kao'
× Messages : 39
× Age : 20
× Date de naissance : 23/01/1997
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Sara-Holly Juliet ASHFORD
× Âge : 17 ans
× Talents : Le dessin sous toutes ses formes
× Avatar : Anjou Naruko ▬ Ano hi mita hana no namae o bokutachi wa mada shiranai
× Crédits : MISS AMAZING. (moi. ♥)
× Couleur : PaleVioletRed
× Doubles comptes : "Queen" Anabeth S. Emily, si j'te jure

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Lun 18 Fév - 22:30

Sara & Akira
« Distance never separates two hearts that really care, for our memories span the miles and in seconds we are there. But whenever I start feeling sad, because I miss you, I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss. »  

Il y a deux ans, je ne t'aurai jamais demandé un truc pareil. En deux petites années, tu te rends compte à quel point notre relation a évolué ? À quel point mes sentiments à ton égard ont muté, petit à petit ? Depuis quand est-ce que j'en rêve de ça ? De ce moment où on comblerait ce petit fossé formé entre nous et qu'aucun n'osait franchir, à cause de cette foutue fierté.

Plus rien ne comptait désormais. Pour Akira ou pour Sara, c'était la même chose. Leurs lèvres s'étaient scellées l'une contre l'autre sans la moindre hésitation, sans l'ombre d'un doute. Pour Akira, elles avaient été une chasse gardée, mais un fruit défendu par la même occasion. Personne n'avait le droit d'y toucher, et lui encore moins. Pourquoi lui avait-elle donné le feu vert aujourd'hui ? Elle-même se laissa tomber dans les bras de cet espèce de sentiment qu'elle ne connaissait pas. Elle avait envie de le serrer contre elle, si fort qu'il ne se détacherait plus. Sara voulait avoir ce garçon pour elle toute seule, le dévorer tout entier. À bout de souffle, ils se séparèrent. Leurs yeux se croisèrent un instant, et cette lueur de défi qui avait animé Sara se dissipa totalement. Ce baiser n'avait été qu'un jeu, et elle venait de s'en rendre compte en l'espace de quelques micro secondes. Avait-il vraiment autant d'importance aux yeux d'Akira ? Mais avant qu'elle ne puisse lui poser la question, il revint la chercher. Il renoua ce contact, sans raison valable, sans attendre un quelconque signe de sa part. À cet instant, elle venait de recevoir sa réponse. Le premier n'avait été qu'un avant goût de ce qu'était réellement un baiser. Leurs langues se retrouvèrent, et la main de Sara alla s'emmêler dans les cheveux du beau blond, l'autre étant posée sur son cou, accentuant leur baiser d'une simple pression. Elle l'attira vers elle et il la fit basculer en arrière, allongée dans l'herbe, avec lui au-dessus. Ils étaient seuls, mais quand bien même il y aurait du monde que ça n'aurait rien changé. Elle laissa tomber sa main au sol et il vint la chercher. Des caresses douces et passionnées, comme elle en avait rêvé. Bon Dieu comme ça faisait du bien de briser les barrières, enfin.

Intérieurement, Sara brûlait. Elle brûlait de désir, de l'envie d'en avoir plus encore. Le souffle lui manquait, mais qu'importe, elle savourait cet instant plus qu'il ne le faudrait. Il se détacha finalement d'elle, lui laissant un moment haletante. Leurs regards se croisèrent, incapables de se dire quoique ce soit. Il alla chercher le contact avec son oreille, elle ferma les yeux et retint un gémissement. Il recommençait avec ses sales habitudes, et elle s'agrippa à ses cheveux dorés lorsque les mots lui parvinrent. « Alors mon ange, qu'est-ce que ça fait de se brûler les ailes ? » Elle détourna la tête à l'opposé et ferma les yeux. Mieux valait ne rien répondre, mais sa main qui serra celle d'Akira en fit largement office. Toutefois, il décida de continuer de jouer. Il alla chercher le cou nu de la jeune fille, laissant planer quelques souffles qui la firent frissonner. Sa main droite agrippa ses cheveux sans pour autant lui faire mal, et elle baissa les yeux vers lui. Son visage était niché au creux de son cou, elle ne voyait rien que cette masse de cheveux qu'elle avait tant désiré voir durant ces deux mois. « Décidément, tu es vraiment la seule à me faire autant d'effet. » Une certaine surprise se lut dans le regard de la rouquine, lui arrachant par la même occasion quelques rougeurs. Le sentiment était partagé, mais elle fit comme si elle n'avait pas entendu – qu'aurait-elle pu répondre de toute façon ? - et fut encore plus étonnée de la suite. « Hé Sara, cap ou pas d'avouer ce que tu ressens ? » Bien sûr qu'elle était cap, c'était trop facile... Bon, elle aurait adoré répondre ça. Mais si seulement c'était aussi simple. Au fond elle était capable de le faire, et ce depuis longtemps. Elle ressentait pour lui de l'amitié, et seulement de l'amitié... mais n'était-ce vraiment que ça, maintenant ?

Toute la question tournait autour de ça. Elle aurait voulu lui répondre avec autant d'entrain que d'habitude, mais maintenant que le choc du premier baiser était passé, c'était comme si elle était descendue de son nuage, comme si... comme si elle n'avait plus d'ailes pour voler. « C'est ce qu'on appelle l'ironie du sort ma p'tite... » pensa-t-elle alors que le souffle d'Akira dans son cou se faisait sentir. Gentiment, elle le repoussa et le força à se relever, pour qu'elle puisse elle-même faire pareil. Ils se retrouvèrent à nouveau assis, un peu plus débraillés que plus tôt mais qu'importe. Elle laissa sa main dans la sienne et joua nerveusement avec ses doigts. « Je serai bien tentée de répondre "cap" mais... » Elle fit une courte pause. Comment allait-elle lui expliquer ? Sara prit une longue inspiration. « Le problème, c'est qu'après... même si tu me répondais "moi aussi" ou un truc dans le genre, je te croirais pas. » Elle releva doucement son regard noisette vers Akira, qui ne semblait pas comprendre. « Le problème avec toi, c'est que je sais jamais quand tu joues ou quand t'es sérieux. J'suis perdue, tout le temps, tu peux même pas imaginer. » Il voulut répondre, mais elle serra un peu plus ses doigts dans les siens et le coupa, déterminée à continuer dans son élan. « Mais c'est pas toi le problème. Le problème c'est moi, parce que je... j'ai besoin que tu me dises. » Qu'il lui dise quoi ? Elle se perdait dans ses explications. Elle avait besoin d'entendre ces mots sortir de sa bouche, mais sans aucun défi lancé, juste une action spontanée. « Si un jour ça devait arriver, je voudrais que tu me dises que tu m'aimes... du moins à quel point tu m'aimes. » Sara sentait qu'elle commençait à délirer, à tenter de jouer sur un terrain inconnu. Ses doigts se serrèrent encore, faisant blanchir douloureusement ses jointures. « Parce que moi j'oserais jamais te le dire la première, parce que j'aurais trop peur que tu croies que c'est un jeu... » Elle souffla un bon coup. Voilà, c'était dit. Elle avait à peu près l'esprit en paix, mais savait que leur relation ne serait plus la même après tout ces événements. Sauf si bien sûr ils décidaient de tout reprendre à zéro dès que cette journée riche en retournements de situations serait terminée. 

L'idée lui plaisait beaucoup. Elle n'avait pas voulu de toutes ces complications. Cet échange venait de lui faire tout oublier, mais petit à petit les souvenirs commençaient à lui revenir en tête. Le paternel, le mariage, le destin... il fallait qu'elle arrête de penser à tout ça. Doucement, elle se calma et inspira un bon coup. Elle était là pour s'amuser, pour profiter de sa jeunesse... ça n'allait pas être un vieil homme sénile qui allait lui gâcher ça, après tout le mal qu'il avait causé en moins de deux mois, ça suffisait, merci.
fiche par century sex.

_________________

: Kira + Sara ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Akira Black'Jack
Sportif
Sportif

avatar

× Pseudo : Kuru'
× Messages : 49
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Akira Black'Jack
× Âge : 17 ans
× Talents : Spécialisé dans les sports de combat
× Club : A voir
× Avatar : Naruto Uzumaki
× Crédits : Kuru'
× Couleur : Peru
× Doubles comptes : Kurusu Black'Shouu / Edouard Nightray

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Mar 19 Fév - 22:17


❧ Sara & Akira

C'était bien fait pour toi mon vieux.
D'un côté je m'y attendais. D'un autre côté j'avais pensé à une autre réaction. À vrai dire jamais je n'aurais penser que mon attitude aurait des répercussions entre Sara et moi. J'étais vexé mine de rien. J'avais beau jouer, m'amuser constamment avec tout le monde et même ma rouquine, avec elle j'étais toujours sérieux. Bien que je l'étais à ma manière. Je n'aime pas, quand y a trop de manières entre les gens ! J'aime la vie à présent. J'ai tout ce dont j'avais besoin ; j'ai mon artiste. Oui, j'aime vivre, mais pour vivre, il faut en profiter. Chaque instant, chaque seconde. Après tout on ne vit qu'une fois. C'est ce que j'ai toujours pensé. Du coup, c'est ce que j'ai toujours appliqué. Sans jamais faire attention à ce que ça pourrait engainer. Aujourd'hui, je me prenais une claque dans la gueule. Dans toutes les paroles de ma rouquine, je n'en retenue qu'une seule. C'est exactement celle qui me vexa. « je te croirais pas. » c'est peut-être rien pour vous, mais pour moi c'est énorme. Je n'avais jamais fais attention à la portée des mots, j'avais conscience que ça pouvait parfois faire très mal, mais jamais je n'avais pu le constater. Il fallait l'avouer ; aujourd'hui, je détestais ma journée, tout comme je l'aimais. C'est une phrase que je n'avais pas vraiment envie d'entendre venant de sa part. Car s'il y a bien une personne qui a une importance réelle à mes yeux, c'est elle. Je sais qu'elle le sait. Pourtant, elle m'avoua quand même que je la troublais de trop et elle en arrivait à la conclusion suivante ; elle ne pouvait pas me croire. C'était non seulement mon amusement qui en était en cause, mais également nos défis. Nous avons toujours joué, encore et encore, forcement quand nous arrivions à nous dire nos vérités, on ne pouvait être sur des paroles de l'autre. Quand bien même aujourd'hui ça serait ça, qu'est-ce que le lendemain nous réserverais ?

J'avais poser une question stupide. Je m'étais laissé entraîner par la curiosité. L'envie de savoir ce que pouvais me dissimuler les sentiments de ma rousse. Ce n'est pas pour rien qu'on dis que la curiosité est un vilain défaut, pourtant elle est toujours là, tentante, envoûtante. Nous sommes forcé de tomber dans l'un de ses pièges. Il fallait se rendre à l'évidence, elle était d'un niveau redoutable. Je m'étais laisser tomber dans son jeu, tenter une fois de plus par l'amusement. C'est vraiment une sale habitude, qu'il faudrait peut-être que je change... Un minimum du moins. Mais qu'est-ce que je raconte ? C'est n'importe quoi. Pas question que je change. Tu délires mon pauvre garçon.
J'étais littéralement perdu dans mes pensées. Pourtant une nouvelle phrase réussit à pénétrer dans mon cerveau, celui-ci en pleine réflexion ; « Mais c'est pas toi le problème. Le problème c'est moi, parce que je... j'ai besoin que tu me dises. » Ah bah tiens. Nous étions au moins d'accord sur un truc, nous avions tous les deux besoin que l'autre en dise plus. C'était mal barré j'ai envie de dire. Nous sommes trop bornés. Trop fiers, du coup maintenant c'est la galère, la vraie.

Je souffla. Repliant ma jambe et y posant mon bras qui ne tenait pas la main de Sara. Puis je viens posé ma tête dessus. C'était cool tout ça, mais maintenant, on fait quoi ? Moi aussi si je l'ouvrais, j'aurais trop peur qu'elle prennes cela pour un jeu. Bah merde alors, depuis quand je me souciais de ça ? Ah oui, depuis qu'il s'agissait de Sara. Ça me fait chier. Clairement. Je vois même pas pourquoi je me prend autant la tête comme ça... Alors que c'était pourtant si simple. Elle voulait que je parle ? Très bien je le ferais, après tout, aujourd'hui c'est spécial. Si je laisse passer ce moment c'est mort pour plus tard. Puis je suis pas forcer de faire ce que je déteste, je n'ai qu'à être moi-même, sans manière, sans romance à l'eau de rose, j'ai juste à être honnête avec ma rouquine. C'est ma meilleure amie, c'est simple, c'est facile de me confier à elle.

    - Parfois, tu me fais vraiment chier, tu sais ?

Oui bon... C'était pas si simple en fait. C'est pas vraiment ce que j'avais pensé, j'aurais voulu sortir autre chose, mais j'avais pondu cette merde. Bravo le génie hein. J'avais pas sortie ça méchamment, le ton n'étais pas vraiment sérieux, c'est juste que j'aurais préféré que les choses se passe autrement. Je suis pas vraiment fier de moi en ce moment, parce qu'à l'intérieur y a tout qui se chamboule, mais surtout, j'ignore que faire. C'est une situation à laquelle je suis pas habitué.
Je regardais alors Sara du coin des yeux, mais mon attention se porta sur ses lèvres. Bon dieu ce que j'avais envie d'aller les capturés de nouveau. Avant même ce contact, je trouvais que ma princesse capricieuse était une drogue, là j'allais complètement devenir accro. Si ce n'étais déjà pas le cas.

    - T'es ma meilleure amie Sara, j'adore passer du temps avec toi. Tu es bien la seule avec qui j'ai envie d'rester plus d'une demi-heure. Alors ouais, je joue, parce que j'aime tes réactions. Puis ça m'amuse de découvre des facettes de toi qu'on voit pas forcément aux premiers abords. J'eu un temps de pause, comme pour réfléchir à ce que j'allais dire par la suite. Bien sur que je t'aime, n'importe qui le verrait, mais à quel point ? J'en sais rien. Y a une chose que je sais par contre, j'ai pas envie que tu doutes ou que tu penses que j'suis pas sérieux, je me le permettrais pas, parce que tu comptes bien trop pour que je mette en danger notre relation à cause de mon attitude. Mon but c'est pas de faire en sorte que tu sois perdue... Quoique c'est peut-être ce que je fais, mais tout ça, c'est à cause de la stupide fierté masculine. Tu vois celle qui empêche aux mecs trop fiers d'dire réellement ce qu'il en ai, la seule façon que j'ai trouvé de le faire c'est de cette manière. Mes sous-entendus, mon amusement, tout ça quoi.


Ma fierté était définitivement mise de côté, bye bye, adieu, à demain. Aujourd'hui, elle n'était pas là, aujourd'hui il fallait que j'en profite pour dire une bonne fois pour toutes ce que je pensais de Sara. On était inséparables, tout le monde le voyait. Nous sommes un duo qui vaut de l'or, mais tout ne se montre pas. Parfois y a des choses qu'il est bon de dire. Des choses que nous gardions tous les deux dans notre être, que nous nous cachions, juste pour préserver notre réalité, pour ne pas mettre en danger nos sentiments, notre relation. Pourtant il fallait que ça sorte un jour non ? Aujourd'hui c'était le bon moment, puisqu'il ne se reproduirait pas de nouveau. Il y avait aussi d'autres trucs que j'avais finalement envie de balancer. Une fois lancer, on peut plus s'arrêter, mais si je continuais, ça allait devenir la foire et plus rien ne serait potable, tout serait mélangé. Alors autant dire le plus important.

    - Moi... J'ai juste besoin de toi à mes côtés. J'ai juste pas envie de te perdre. Si j'le pouvais, j'te garderais pour moi seul éternellement. Tu vois, comme cette promesse d'enfant que je ne parviens pas à oublier, je ne parviens pas à imaginer un futur où tu ne serais pas là. Crois-moi, je suis plus que sérieux là, c'est pas un jeu. Je me permettrais pas de jouer sur ce terrain là.


Ça ne m'allait pas d'être aussi sérieux, mais si de temps en temps elle avait besoin de ça, alors je le ferais, lors des journées spéciales comme celle-là. Depuis le temps que nous nous connaissions, c'est bien la première fois que je vis ce genre d'expérience avec la belle. Alors comme ça, il y a encore des choses que nous n'avions pas exploré ? Il fallait croire que oui apparemment. Je serais bien rester sur cette fin, mais il fallait tout de même que je mette une couche de mon caractère, made in Akira. Sinon elle finira par croire qu'elle rêve. Après tout, jamais je ne lui avais dis tout ça et pourtant je ne saurais compter les fois où j'avais pu les penser.

    - La tentation... elle était déjà grande avant, mais maintenant que j'ai goûté tes lèvres, j'dois dire que ça va devenir encore plus difficile de ne pas les capturer de nouveau.


J'aurais pu m'en passer certes, mais une fois de plus, il s'agissait de la vérité, j'étais plus que sérieux. Elle voulait que je lui dises, que je lui parles non ? Hé bien elle était servie !


© Code de Kuru'

_________________

Sara & Kira' ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sara-Holly J. Ashford
Artiste
Artiste

avatar

× Rang : Propriété d'Akira Black-Jack ♥ Ange attirée par le côté obscur. ~
× Pseudo : MISS AMAZING. | Kao'
× Messages : 39
× Age : 20
× Date de naissance : 23/01/1997
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Sara-Holly Juliet ASHFORD
× Âge : 17 ans
× Talents : Le dessin sous toutes ses formes
× Avatar : Anjou Naruko ▬ Ano hi mita hana no namae o bokutachi wa mada shiranai
× Crédits : MISS AMAZING. (moi. ♥)
× Couleur : PaleVioletRed
× Doubles comptes : "Queen" Anabeth S. Emily, si j'te jure

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Ven 22 Fév - 23:28

Sara & Akira
« Distance never separates two hearts that really care, for our memories span the miles and in seconds we are there. But whenever I start feeling sad, because I miss you, I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss. »  

Nerveusement, les doigts de Sara se mirent à jouer avec ceux d'Akira. Dieu ce qu'elle pouvait regretter d'avoir trop ouvert la bouche, d'avoir parlé dans réfléchir. Elle le sentait dans son attitude, qu'elle venait de le vexer. Sara même ne se rappelait plus exactement des mots qu'elle avait employés, et ne savait à quel point elle lui faisait du mal. « Parfois, tu me fais vraiment chier, tu sais ? » Un ton entre la plaisanterie et le sérieux. La main de la rouquine se figea, et elle sut esquisser un sourire gêné. Bien sûr qu'elle le savait, c'était son terrain de prédilection. Elle ne sut pas quoi répondre. Cette journée était décidément riche événements. Était-ce la distance et l'absence qui les avait rendus si bavards ? Qui avait retiré cette fierté qui avait jusque-là empêché Sara de pleurer, et Akira de s'ouvrir d'avantage ? La dernière fois qu'une telle chose s'était déroulée, ils venaient de se retrouver après des années d'absences. Akira avait raconté ce qu'il avait sur le cœur, suite à des années entières de silence en ce qui concernait son frère disparu. Sara ce jour-là avait pleuré, autant qu'elle l'avait fait aujourd'hui. Des larmes d'une sincère tristesse qui avait réussi à les rapprocher d'avantage encore. « Bien sur que je t'aime, n'importe qui le verrait, mais à quel point ? J'en sais rien. » Cet aveu attisa sa curiosité. Ils étaient au moins d'accord sur un point : l'un comme l'autre ignorait à quel point l'affection qu'ils avaient mutuellement était grande. À quelle point le lien qui les unissait dépassait de loin l'amitié, mais aussi l'amour. Leurs jeux d'enfants s'était transformés au fil des années en ce qu'on pourrait limite appeler "perversion", mais rien dans leur relation n'était devenu vulgaire. Elle n'osa pas le regarder en face, gardait les yeux rivés sur le cou nu du garçon, résistant malgré tout à l'envie de venir y nicher son cou pour respirer son parfum enivrant. « Y a une chose que je sais par contre, j'ai pas envie que tu doutes ou que tu penses que j'suis pas sérieux, je me le permettrais pas, parce que tu comptes bien trop pour que je mette en danger notre relation à cause de mon attitude. » Le doute dans un couple était vraiment la pire chose qui pourrait arriver. Mais ils n'étaient pas un couple... du moins pas officiellement. Et puis était-ce vraiment du doute que ressentait Sara ? Elle-même ne savait plus quoi penser de ses propres sentiments. Elle savait pourtant à quel point son meilleur ami était fier, à quel point elle était privilégiée dans sa vie comme dans son cœur.

Il y a un adage qui dit que les actes valent mieux que les mots. Mais à force d'agir, on finit par oublier que les mots existent, qu'il y a parfois besoin de se poser et de parler. C'était précisément ce qui leur arrivait. Ils avaient agi, agi et encore agi pendant des années durant, si bien que les deux compères avaient fini par se perdre. « Moi... J'ai juste besoin de toi à mes côtés. » Bon sang, comme ces mots pouvaient faire du bien. Elle sentit un sanglot remonter le long de sa gorge. Si elle ne l'avait pas poussé à le faire, Akira aurait-il prononcé cette phrase ? « Si j'le pouvais, j'te garderais pour moi seul éternellement. » Pour lui, elle aurait rangé sa fierté de côté et répondu qu'il pouvait la garder autant de temps qu'il le désirerait, mais aucun son ne semblait vouloir sortir. Elle essuya les premières larmes qui faisaient leur apparition et eut un léger rire. Mais se calmer après ça était un défi titanesque, et les dernières phrases du blond finirent par achever sa volonté de se battre contre l'émotion. « Crois-moi, je suis plus que sérieux là, c'est pas un jeu. Je me permettrais pas de jouer sur ce terrain là. » C'était tout ce qu'elle voulait entendre. En lui disant qu'elle ne le croirait pas, Sara n'en était même pas sûre, et cette simple déclaration suffisait à causer le doute dans sa tête. Ses doigts se serrèrent plus fort autour de ceux du blond, faisant blanchir des jointures. « Mais maintenant que j'ai goûté tes lèvres, j'dois dire que ça va devenir encore plus difficile de ne pas les capturer de nouveau. » Il ne pouvait pas s'en empêcher. Elle se surprit à rire, malgré les larmes émues qui roulaient sur ses joues. Elle les essuya d'un revers de la main et ferma les yeux pour prendre une grande inspiration.

« Au moins ça me donnera de quoi me faire désirer. » lâcha-t-elle dans un sourire. Depuis quand était-elle devenue si lunatique ? Pourquoi ses émotions changeaient-elle si rapidement ? La rouquine regarda son blond, dont le regard était perdu dans le vide. Elle s'en voulait de lui avoir causé tant de soucis alors qu'il avait dû souffrir autant qu'elle de son absence. L'artiste n'avait pas cherché à le blesser en lui demandant si franchement de lui confier ses pensées. Et pourtant, il avait dû prendre un coup monstrueux lorsqu'elle avait affirmé pouvoir douter de sa parole. Même pour elle, c'était inconcevable désormais, et elle avait parlé trop vite. Le regard émeraude du garçon ne croisait même pas le sien. Était-il vexé, voire contrarié ? Elle le méritait de toute manière, même si elle détestait ça. Doucement, la petite main de Sara se glissa dans celle d'Akira, sur laquelle elle était accroché depuis qu'elle attendait sa réponse. « Regarde-moi... s'il te plaît. » Ça n'avait été qu'un murmure, qui n'aurait jamais dû sortir de sa tête. Elle baissa le regard vers leurs mains, et continua sur sa lancée, l'émotion remportant largement contre la raison. « Tu sais, j'ai appris une chose pendant ces deux mois. » Elle avait appris des tas de choses, mais en avait retenu une en particulier. « Quand t'es pas là, je me sens pas... moi-même. Je sais pas, il y a cette impression de manque, un truc dans le genre. » Comment expliquer ce sentiment étrange ? L'avait-il ressenti lui aussi, après tout ? Elle se remit à rire, un peu gênée de la situation. « Je crois que... que je t'aime plus que je ne pouvais le penser. Plus que ce que je peux supporter, si tu vois un peu... » Nouveau rire. Elle se sentait bête, et avait l'impression de sortir d'un roman à l'eau de rose. Elle ferma les yeux et laissa le vent souffler dans ses cheveux.

Tout ça, c'était tout nouveau pour elle. Pour lui. Et pour eux, aussi. Elle prit une bonne inspiration et rouvrir les yeux pour ensuite regarder vers le ciel bleu. « On a beaucoup parlé d'avenir, chez moi. » Parler était un bien grand terme. Sara n'avait jamais eu son mot à dire, et chaque fois qu'elle avait ouvert la bouche, c'était pour aller contre l'avis de son père, aussi bon soit-il. Elle n'était pas là pour être de son avis, surtout quand il décidait de la jouer solo. « Spontanément, j'ai pensé à toi. Et là... là je me suis dit qu'un avenir sans toi, c'était même pas concevable. » Akira était son passé et son présent; pourquoi ne serait-il pas aussi son futur ? Ils n'avaient jamais parlé d'avenir, pour la simple et bonne raison qu'ils restaient dans une optique qui disait de vivre la vie au présent sans se morfondre sur le passé ou méditer sur le futur. Qu'adviendrait-il, demain ? Cette discussion aurait-elle des répercussions sur leur nouveau quotidien ? Seul le temps pourrait leur dire ce qu'il se passerait, et Sara ne voulait même pas y penser. « Mais moi non, plus, je sais pas. Je sais pas ce que t'es pour moi. » Il était la personne à qui elle tenait le plus sur Terre. Le seul pour qui elle serait capable, comme Juliette, de se poignarder. Celui dont l'absence pesait lourd, celui qu'elle avait envie de voir chaque fois qu'elle se sentait mal, celui pour qui elle pourrait pleurer... « T'es mon meilleur ami Kira mais... mais après tout ça, je sais plus quoi penser. » 

Elle lâcha Akira et replia ses jambes contre sa poitrine. Son esprit commençait à s'embrouiller. « On vient de s'embrasser... est-ce que ça s'embrasse, deux amis ? » Le pire, c'est qu'elle s'était sentie bien. Leur relation était tellement ambiguë qu'elle en était toute chamboulée. « Si je te demanais, tu recommencerais ? » Elle se rappela ensuite de la phrase du garçon. Bien sûr qu'il recommencerait, pourquoi posait-elle une question aussi stupide ? Sara voulait juste entendre la réponse encore une fois, en bonne gamine capricieuse qu'elle était. D'un bond, elle se leva et esquissa un grand sourire. Il fallait qu'elle détende cette atmosphère tendue qu'elle détestait entre eux. « T'en veux un autre ? ... ben viens le chercher ! » Sans se faire attendre, elle se mit à courir dans la direction opposée. Elle connaissait à quel point il pouvait courire vite, Et prendre de l'avance était la meilleure solution. Quoiqu'il se passe, quelles que soient ses motivations, elle avait confiance en Akira et savait pertinemment qu'il la suivrait jusqu'au bout du monde s'il le fallait.
fiche par century sex.

_________________

: Kira + Sara ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Akira Black'Jack
Sportif
Sportif

avatar

× Pseudo : Kuru'
× Messages : 49
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Akira Black'Jack
× Âge : 17 ans
× Talents : Spécialisé dans les sports de combat
× Club : A voir
× Avatar : Naruto Uzumaki
× Crédits : Kuru'
× Couleur : Peru
× Doubles comptes : Kurusu Black'Shouu / Edouard Nightray

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   Mer 6 Mar - 19:22


_________________

Sara & Kira' ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

S&A ღ « Hold my hand and take me far away. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nathaniel ▬ So hold my hand and consign me not to darkness
» Jung So Hee ♚ Brother hold my hand
» hold my hand as i'm lowered • lula
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h
» (M) DYLAN O'BRIEN ▬ Take my hand and come with me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prodiges Pensionnat V2 ::  :: Parc de la pension-
Codage de Miss Amazing, PA de Kuru' / Contexte imaginé par Kurusu Black'Shouu.Le plagiat est puni par la loi, veuillez donc bien respecter notre travail et ne rien copier sans autorisation.