Partagez | 
 

 Why nitpicking? ( PV Sara-Holly J. )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ren K. Takumi
Rebelle
Rebelle

avatar

× Pseudo : ♣ King of Ice ♣
× Messages : 20
× Date d'inscription : 27/03/2013
× Nom complet : Ren Takumi
× Âge : 18 ans
× Talents : Himitsu ~
× Club : Talents cachés
× Avatar : Amatsuki des Nico Nico
× Crédits : Moi même 8D
× Couleur : LightSeaGreen
× Doubles comptes : Aucun

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Why nitpicking? ( PV Sara-Holly J. )   Mer 3 Avr - 22:08

I am what I am... I think I'm perfect.


C'était une journée comme les autres à vrai dire, une journée ou quelque nuages blancs flottaient lentement dans le ciel telle de gros barbes à papa blanc ou tout le monde se demande si on en touche un, est-ce que c'est moelleux ou pas ? Bah Ren, lui ne sait jamais vraiment poser cette question, il savait depuis c'est sept ans que les nuages n'étaient que de l'eau sous une forme brumeuse, qui éclate en pluie si elle devenait trop abondante.. Ren était en ville ce jour-là, à se remémorer des souvenirs, étant plus jeune, voyant quelques familles ou autre qui semblaient profiter du beau temps. Lui ? Il se promenait tout simplement, à lire toute la journée ou dormir, c'était une façon de se changer les idées !

Il était environ 11h et on est samedi, un bon petit week-end pour notre rebelle ! Mais le soucis... c'est qu'il était encore nouveau donc il ne connaissait, encore, personne digne de confiance pour passer énormément de temps, lui qui était habitué à sortir en bande et tout... Cela fera juste la 3e fois qu'il change d'établissement, son père ne veut pas qu'il ait des amis ou bien... ? Non non réfléchissons un peu.. Il veut simplement que son fils garde un bon cerveau pour reprendre son entreprise.. Mais vu que Ren ne sait pas encore quoi faire de sa vie.. il ne sait pas s'il est pour ou contre cette idée-là, déjà que sa soeur elle, veut faire partie des number one des DJ.. Ambitieux certes, mais pas impossible vu son talent !

Bref, Ren était couché sur une petite place de verdure à l'ombre d'un arbre, en plein milieu de la rue ou des dizaines de magasins étaient alignés, des voitures, des passants, le quartier le plus animés de cette ville. Un endroit que Ren aimait pas trop vu toutes les sources de bruits qu'il y avait, mais il n'avait pas le choix de s'y habituer. Après tout beaucoup il y avait beaucoup de magasin de livres, ou de vêtements à son goût ici, il ne va pas faire la tête pour un peu de bruit.. enfin espérons ! Après s'être reposé un moment sur le gazon, il se redressa en s'étirant de plus belle, regardant de temps à autre les passants. Jusqu'à qu'un son plus grand attira son attention, deux enfants qui avaient les mains remplies de sucrerie courraient en bousculant de temps à autre les gens. Ren connaissait ce genre de cas, ils avaient surement volés un marchant et il est en train de les poursuivre. Une routine qu'il avait à faire étant jeune.

D'un pas en avant, il les attrapa machinalement et les plaqua doucement contre un mur en se mettant à leurs hauteurs, il regardait leurs marchandises volés, qui n'était rien d'autre que des confiseries et autres sucreries et le marchand les courses que pour ça ? Franchement... Il tapota leurs visages à tous les deux et leurs montra une cachette pour les aider. Quelques secondes plus tard le marchand arrivait tout essoufflés regardant Ren, qui lui-même le fixait d'un air totalement indifférent. Mais ce que percuta le marchand était qu'une de ses sucreries était dans la main de Ren, ce qui lui fit faire le geste suivant : il attrapait Ren par le col pour l'obliger par la force à se mettre à la hauteur du marchant qui avait quelques centimètres de moi que de l'étudiant. Il le secoua nerveusement et commença alors les engueulades, expliquant qu'il ne comprenait pas qu'un jeune homme de son genre faisait ce genre de choses, qu'il aura des ennuis enfin le train train quotidiens !

Enfin, c'était un vrai bombardement, ce marchand en avait de la voix ! Tous les passants les regardaient, à la fois triste pour Ren, mais aussi tout à fait d'accord avec le vendeur de gourmandises. Mais Ren, lui, en avait, mais absolument rien à faire, regardant de temps à autre ailleurs, dans ses pensées il attrapa le bras du vendeurs et le repoussa pour remettre sa veste en place et de la nettoyer d'un geste de main. Il enfouissait ensuite ses mains dans les poches avant de recevoir une nouvelle fois le droit à la gueulade du vendeur, encore plus énervé, le trouvant si arrogant et détestable. Bref c'était comme quand il était plus jeune ! Cela faisait du bien de retrouver quelques fois les bonnes vielles habitudes.

Du moins c'est ce qu'il pensait jusqu'à qu'une étrange fille s'était rapprochée..


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sara-Holly J. Ashford
Artiste
Artiste

avatar

× Rang : Propriété d'Akira Black-Jack ♥ Ange attirée par le côté obscur. ~
× Pseudo : MISS AMAZING. | Kao'
× Messages : 39
× Age : 20
× Date de naissance : 23/01/1997
× Date d'inscription : 13/02/2013
× Nom complet : Sara-Holly Juliet ASHFORD
× Âge : 17 ans
× Talents : Le dessin sous toutes ses formes
× Avatar : Anjou Naruko ▬ Ano hi mita hana no namae o bokutachi wa mada shiranai
× Crédits : MISS AMAZING. (moi. ♥)
× Couleur : PaleVioletRed
× Doubles comptes : "Queen" Anabeth S. Emily, si j'te jure

Le Prodige
Relationship:
Liste des choses à faire:
Rêve:

MessageSujet: Re: Why nitpicking? ( PV Sara-Holly J. )   Sam 13 Avr - 6:15



Why nitpicking ?
« Ren T. & Sara A. »

# VENDEUR « Cette bague vous convient-elle, miss Ashford ? »
# SARA « Non, elle est affreuse. »
C'était une bague toute simple. Un anneau argent mêlé au doré, serti de deux petits diamants qui lui donnaient une sorte de brillance innocente qu'on ne retrouvait sur aucune autre. En tant qu'artiste, je savais reconnaître une véritable œuvre quand j'en voyais une, et celle que je tenais entre mes mains relevait du surréaliste tant elle était belle. Je ne vous cache pas que lui dire une telle chose était douloureux. Je regardai la bague d'un côté, puis de l'autre, avant de l'ôter pour éviter de me faire plus de mal, puis reposai le bijou dans son écrin. Mes longs doigts parfaitement manucurés refermèrent la boîte, et bien que je m'efforçais de paraître le plus énervé possible... le seul fait de voir cette magnifique bague parvenait à trahir la certaine satisfaction qui m'animait. Je tendis l'écrin au vendeur qui le reprit, non sans me regarder droit dans les yeux.

# VENDEUR « Voulez-vous essayer un autre modèle ? Votre père a demandé à ce que vous donniez votre avis avant la semaine prochaine. »
# SARA « Dans ce cas il faudra attendre encore sept petits jours. Je crois en avoir terminé pour aujourd'hui. »
Pour ne rien vous cacher... ce que je venais de dire n'était qu'une preuve de mon caprice sans bornes. Cette bague avait été la première que j'avais essayée, et la seule qui n'attirerait jamais mon attention. Les autres paraissaient fades, tout à fait ordinaires et donc pas du tout pour moi. Le regard insistant du vendeur commença à se faire pesant, alors je ramassai mon sac - dessiné par mes soins quelques mois auparavant - et quittai la bijouterie, non sans apercevoir sur le reflet de la vitre le quadragénaire attraper son téléphone pour composer rapidement un numéro qu'il connaissait par cœur : celui de mon père. Suite à l'annonce de mes fiançailles, il avait été décidé que je pourrais choisir ma bague toute seule... tu parles d'un deal. Au yeux de Mr. Ashford, je passais pour une marchandise, qui devait se contenter d'être belle et surtout de me la fermer. Pour lui, je n'étais qu'une gamine superficielle qui aimait les jolies choses coûteuses et matérielles... sauf que s'il avait connu ne serait-ce qu'un peu mieux sa fille, il se serait rendu compte que je pouvais très bien me passer de tout ça. En théorie.

Je réajustai mes couettes, les plis de mon jeans et me redressai pour analyser le terrain. La rue marchande de la ville était comme à son habitude très animée, mais rien au monde n'aurait pu combler l'absence d'Akira. En me réveillant ce matin, je m'étais retrouvée toute seule dans le lit que nous partagions depuis l'année dernière. Mais j'y étais habituée : après tout il se levait aux aurores rien que pour s'entraîner, quasiment tous les matins, quand bien même nous étions en week-end. Alors j'en avais profité pour faire un tour dans cette fameuse boutique que mon père m'avait gentiment recommandée. Non, ceci est de l'ironie : il m'avait hurlé pendant près d'une demi-heure qu'il m'emmènerait choisir ma bague, de gré ou de force. Sauf que Sara reste Sara : il m'y avait emmenée de force. Pas lui personnellement, je vous rassure - non, monsieur était bien trop occupé à vendre des vêtements hors de prix - mais deux des armoires à glaces qu'il avait engagées pour me maintenir à carreaux.

Profiter de l'absence d'Akira pour faire des choses en douce n'était pas dans mes habitudes... après tout, nous ne nous étions jamais rien cachés l'un à l'autre. Mais cette fois si, j'y étais contrainte : depuis la rentrée, le sujet de mon mariage arrangé n'était plus revenu sur le tapis, et c'était très bien ainsi. Lui dire que les préparatifs avançaient de l'autre côté de l'océan ne rimerait à rien et ne suffirait qu'à le mettre en colère... et Dieu savait à quel point je détestait qu'il se mette dans cet état, même pour moi. Alors je m'occupais à ma façon de faire comprendre à mon paternel que non, il était hors de question que je collabore dans ce genre de manipulations déloyales. Je passai la anse de mon sac sur mon épaule et m'éloignai de la bijouterie sans accorder un seul regard en sa direction. Il ne manquait plus que ça, que je contribue à la création de ma cage dorée. Je sortis mon portable pour constater qu'il n'était pas plus de onze heures... il était grand temps de rentrer au pensionnat prodiges. Alors que je sortais mon portable pour prévenir Akira – qui devait à cette heure-ci sortir tout juste de la douche – de mon retour, je sentis enfants me passer dans les jambes, bousculant au passage les passants derrière moi. Je lâchai l'écran des yeux et me retournai pour voir l'origine de tout ce grabuge, et aperçut un gros bonhomme leur courir après.

Ces deux enfants étaient un garçon et une fille. Lui avait les cheveux dorés, et elle possédait une jolie couleur blond vénitien... et rien que ces deux détails attirèrent mon attention. Je les suivis du regard pour les voir disparaître au coin d'une rue, attirés brusquement par quelque chose qui ne semblait pas prévu. Je rangeai mon smartphone et m'approchai lentement, pour finalement voir un grand individu sortir de ce même coin de rue dans lequel avaient disparu les enfants aux bras chargés de sucreries colorées. Arriva ensuite le gros bonhomme, et je compris assez vite la situation lorsque ce dernier attrapa le grand brun par le col, sûrement pour l'engueuler vu le ton qu'il employa. Les gens affluèrent très vite de tous les côtés, et au vu de leur regards à la fois compatissants et compréhensifs, je ne pus m'empêcher de lever les yeux au ciel. Ben voyons... c'est bien beau de regarder, mais quand déciderez-vous de vous bouger et calmer la situation ? Je remit en place mon gilet en laine couleur crème et m'avançai, un peu exaspérée. L'étudiant – que je soupçonnais de faire partie de la Pension Prodiges – avait fini par faire lâcher le marchand de bonbons, et avant que ce dernier ne puisse terminer sa phrase, je posai une main sur son épaisse épaule et il se retourna.

# SARA « Vous avez quoi à gueuler comme ça ? Vous ne voyez pas que vous dérangez tout le monde, à commencer par moi ? »
Le vendeur resta un moment planté à me regarder... à croire qu'il n'avait jamais vu de jolie fille de sa vie. Je me penchai élégamment pour attraper la sucette que tenait l'adolescent dans la main et ôtai le papier pour mettre la sucrerie dans ma bouche. Tout ce qui était sucré constituait mon péché mignon, et je dus secouer la main pour que le vendeur arrête de me reluquer, ma poitrine se trouvant au niveau de ses yeux. Il reprit rapidement des esprits et commença à m'engueuler à mon tour, me demandant pour qui je me prenais pour lui dire une telle chose et tout une tirade que je ne cherchai pas à comprendre. Mon regard s'attarda sur les deux enfants restés en retrait, et je ne pus pas m'empêcher de leur lancer un regard attendri que je ne me connaissais pas. Pourquoi Diable ces deux-là me rappelaient ils autant Akira et moi ? Ils devaient avoir six ou sept ans à tout casser... et à cet époque-là, Kira et moi ne nous étions pas encore retrouvés. Je reportai mon attention sur le vendeur sorti de ses gonds et soupirai d'exaspération.

# SARA « Monsieur, on est de la pension Prodiges... vous croyez vraiment qu'ok se rabaisserait à de vulgaires vols à l'étalage ? »
# MARCHAND « Écoute pas m'ptite. T'as p'têt rien à voir là-dedans mais je me suis fait voler des bonbons, et ça c'est– »
# SARA « Dommage pour vous. Mais je pense que si vous ne rentrez pas vite, le reste subira le même sort vous ne pensez pas ? »
Un éclair de lucidité passa dans les yeux du marchand qui nous lança un regard noir avant de repartir de là où il était venu. Les gens revinrent à leurs occupations et bientôt tout revint à la normale. Les enfants sortirent timidement de leur cachette et s'approchèrent du grand garçon et de moi-même, qui nous étions retrouvés face à face après le départ du marchand de sucreries. Sucette dans la bouche, je les regardai remercier cet individu qu'ils ne connaissaient ni d'Adam, ni d'Eve compte tenu de leur façon de parler. Je fouilla dans mon sac à main pour sortir à nouveau mon portable – après tout leur conversation ne regardait qu'eux et ne m'intéressait pas plus que ça – pour prévenir Akira de mon retour imminent... sauf que la fillette ne l'entendit pas de cette oreille et vint me tirer le jeans. Je baissai les yeux vers elle et la regardai me tendre une poignée de bonbons. Je souris et désignai la sucette que je tenais encore entre les lèvres.

# SARA « C'est gentil mais garde-les, j'ai déjà ça. »
Pour ne pas lui faire de peine, je la gratifiai d'un sourire chaleureux et l'entendit me dire que j'étais très jolie. Bien sûr que je savais que j'étais jolie, mais l'entendre était toujours aussi agréable. Je la remerciai et elle s'enfuit avec son ami, disparaissant dans la foule comme ils étaient apparus. Je levai ensuite les yeux vers l'adolescent et passai une main dans mes cheveux.

# SARA « Alors comme ça on vole les marchands de bonbons ? »
L'histoire initiale m'était inconnue, et même si j'étais persuadée d'avoir déjà vu son visage quelque part, rien n'était certain.

_________________

: Kira + Sara ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
 

Why nitpicking? ( PV Sara-Holly J. )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» Ecaterina Sara Robertson ♦ Lost in an image
» [en cours] Holly.D vs Ruby.S
» Quand l'attente se fait longue [PV : Holly] [Clos]
» 7- Sara Hoots vs Julia La petite chochonne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prodiges Pensionnat V2 ::  :: La ville :: Rue marchande-
Codage de Miss Amazing, PA de Kuru' / Contexte imaginé par Kurusu Black'Shouu.Le plagiat est puni par la loi, veuillez donc bien respecter notre travail et ne rien copier sans autorisation.